Première femme PDG sous Joseon : Kim Man-deok

2010-09-17

Le portrait de Kim Man-deok sur les nouveaux billets sud-coréens
En 2007, le gouvernement sud-coréen a décidé de sortir des billets de 50 000 wons (environ 33 euros). Un sondage a alors été mené pour décider du personnage à faire apparaître sur lesdits billets. L’administration de la province de Jeju a, pour sa part, suggéré que ce soit Kim Man-deok, une femme ayant vécu au 18ème siècle. Le nom de Kim Man-deok est aujourd’hui inconnu pour de nombreux Coréens. Pourtant, cette femme a laissé une marque indélébile dans l’histoire de l’île de Jeju et en est considérée comme une figure emblématique.

Une grande marchande de Jeju
Kim Man-deok est née en 1739 au sein d’une famille ordinaire. Très tôt orpheline, elle a été élevée par une kisaeng, l’équivalent coréen d’une geisha japonaise. Elle est elle-même devenue une kisaeng renommée sur l’île de Jeju. Elle a toutefois réussi à sortir du monde des kisaengs et à retrouver son statut social de naguère pour finalement devenir marchande. C’était une première à l’époque : sous la dynastie de Joseon, il était en effet difficile pour une femme d’être marchande et de gagner de l’argent dans les affaires. Kim Man-deok a su saisir sa chance au bon moment, alors que de nouveaux secteurs comme l’artisanat, le commerce et la distribution commençaient tout juste à émerger. Elle se lança dans le commerce maritime en achetant du riz venu de l’extérieur ou encore du sel que Jeju ne produisait pas encore à l’époque, et en les revendant sur l’île. Afin d’acheminer les marchandises jusqu'à Jeju, Kim Man-deok innova en ayant recours au transport maritime, et ce malgré la mer houleuse qui entourait l’île, au lieu des chevaux que l’on utilisait traditionnellement. Kim Man-deok devint alors la femme chef d’entreprise la plus accomplie de Jeju. Or ce n’est pas son parcours professionnel qui l’a rendue célèbre.

Don de biens personnels pour venir en aide aux habitants de Jeju
En 1792, de nombreux habitants de Jeju ne purent survivre à la famine qui frappait l’île du fait des faibles récoltes et des typhons. Pour ne rien arranger, l’île fut ravagée en 1794 par des vents violents associés à des inondations, forçant les habitants de l’île à faire appel à l’aide humanitaire. Malheureusement, 5 des 12 navires censés acheminer des provisions alimentaires jusqu’à Jeju firent naufrage. 170 000 habitants de Jeju moururent alors de faim. Les cadavres des victimes s’entassaient littéralement partout sur l’île. Désireuse de venir au secours de ses compatriotes, Kim Man-deok vendit tous ses biens pour pouvoir acheter du riz et le distribuer. Quand les gens apprirent son geste, ils la considérèrent comme leur sauveuse. Le roi Jeongjo promit, pour sa part, de réaliser son vœu le plus cher. Kim Man-deok ne réclama ni promotion sociale ni avantages fiscaux. Son vœu était de visiter le palais royal de la capitale et de se rendre aux monts Geumgang, dits la « montagne de diamants ». A l’époque, les habitants de Jeju ne pouvaient pas quitter l’île librement ; néanmoins, le roi accepta sa requête et ordonna qu’on lui réserve un bon accueil. Tout au cours de son voyage de Jeju aux monts Geumgang, les gens témoignèrent à Kim Man-deok de leur admiration pour ses nobles actions. Elle devint alors connue et bientôt les plus grands écrivains du royaume rédigèrent des textes et des poèmes retraçant sa vie. A sa mort en 1812, Kim Man-deok était louée comme une femme d’affaires habile et une travailleuse sociale dévouée, ne laissant que très peu à son enfant adoptif.

Mère éternelle de Jeju
La vie de Kim Man-deok est à l’origine de la création d’un proverbe local qui dit : « Travaille comme un chien et dépense comme Man-deok. » Kim Man-deok est l’un des personnages les plus respectés de Jeju. D’ailleurs, aujourd’hui encore, se tiennent annuellement des festivals et des manifestations caritatives à sa mémoire. Elle était à la fois un chef d’entreprise habile, sachant anticiper les tendances à venir, et une généreuse philanthrope. Ces qualités combinées font que Kim Man-deok se distingue d’autres grandes dames de l’époque de Joseon.

  • Top
  • Print
  • Twitter
  • Facebook
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next