Shin Dol-seok, un paysan devenu combattant pour l’indépendance

2010-12-10

Contrairement à certaines idées reçues, la plupart des gens qui ont le plus marqué l’histoire de leur pays sont plutôt des gens « ordinaires ». En 1878, alors que Joseon était en train de s’effondrer, un homme apporta une contribution exceptionnelle à l’histoire moderne coréenne en aidant son pays à résister contre le pouvoir japonais. Il s’agit de Shin Dol-seok, un paysan qui devint général avant de s’éteindre à l’âge de 30 ans.

Né en novembre 1878 à Yeongdeok, dans la province du Gyeongsang du Nord, Shin Dol-seok était alors connu sous le nom de Tae-ho. Il changea de nom lorsqu’il devint soldat. A l’époque, Yeongdeok était secoué par un mouvement anti-féodaliste. La famille de Shin avait pour ancêtre Shin Sung-gyeom, qui avait œuvré pour la fondation de Goryeo. Mais le statut social des Shin s’est détérioré au cours de la dynastie Joseon et au XIXème siècle, ils n’étaient plus que de simples roturiers.

Le mouvement des fermiers Donghak de 1894 couplé à la menace grandissante du Japon incita Shin Dol-seok à s’engager pour la défense de son pays. En 1895, les Japonais assassinèrent sauvagement l’impératrice Myeongseong et Shin décida alors de devenir soldat alors qu’il n’avait que 18 ans. Il était à la tête d’une armée de plus de 100 hommes dont chaque confrontation avec les Japonais se soldait par un bilan remarquable. Shin occupa un grade élevé dans l’Armée vertueuse menée alors par Kim Ha-rak. A la mort de ce dernier, les soldats se dispersèrent. Shin passa 10 ans à parcourir le pays pour rencontrer d’autres combattants comme lui pour tenter de trouver un moyen de sauver leur pays.

Shin reprit ses activités militaires en 1906. A l’époque, la dynastie Joseon était au bord du précipice. Le protocole entre la Corée et le Japon fut signé en 1904, faisant de Joseon une base militaire pour l’armée japonaise. L’année suivante, le Japon annexa la Corée et la priva de ses droits diplomatiques et de sa souveraineté. Ces événements incitèrent Shin à prendre les armes pour faire face à l’ennemi. Il se joignit à son jeune frère Shin Woo-kyung, pour établir une Armée vertueuse forte de 300 paysans. A l’époque, ce type d’armée ne comptait dans ses rangs que des aristocrates et des érudits confucéens ; Shin bénéficia toutefois du soutien des aristocrates et mit en branle le mouvement de résistance anti-japonais. Son père vendit tous ses biens pour fournir des équipements militaires à son fils. L’armée de Shin réussit à détruire la plupart des infrastructures et des maisons japonaises installées dans le royaume de Joseon. Elle opérait principalement dans la région du mont Taebaek. Les soldats de Shin purent résister aux frappes sans merci des Japonais grâce à leur bonne utilisation du terrain, ce qui leur valut le surnom de « Tigres du mont Taebaek ». Ils savaient, en particulier, apparaître ou disparaître très rapidement. Aussi, les exploits de Shin inspirèrent de nombreux paysans, qui s’engagèrent à leur tour pour leur patrie.

En 1908, Shin fut assassiné, trahi par des subordonnés que les Japonais soudoyèrent. Il fut le premier paysan à lever une armée et inspira à de nombreux roturiers l’envie de se battre pour leur pays. Sa lutte déterminée prit fin trop tôt mais sa mémoire continue de briller dans l’histoire de la Corée.

  • Top
  • Print
  • Twitter
  • Facebook
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next