Eul Paso, un homme d’Etat admiré sous Gogur

2011-03-25

Entrée en politique
« Le Roman des trois royaumes », l’une des fictions classiques chinoises les plus lues, raconte comment Liu Bei, chef du royaume Shu, s’est rendu trois fois chez Zhuge Liang, un fermier de grande sagesse mais modeste, pour lui demander de devenir son Premier ministre. La persévérance de Liu dans ses visites à la petite maison de Zhuge est à l’origine de l’expression « samgochoryeo », qui signifie littéralement « se rendre trois fois à la chaumière » et qu’on utilise pour exprimer la détermination à persuader quelqu’un. La même situation s’est jouée 16 ans plus tôt dans le royaume de Goguryeo, lorsque le roi Gogukcheon a nommé le fermier Eul Paso au poste de Premier ministre.

Eul Paso est né dans une famille noble du nord de la péninsule coréenne au deuxième siècle (la date exacte de sa naissance n’est pas connue). Il était le descendant de Eul So, un haut fonctionnaire sous le roi Yuri, le deuxième monarque de Goguryeo. Malgré son noble lignage et sa sagesse renommée, Eul Paso décida de ne pas s’impliquer dans la politique, un monde alors corrompu, et préféra devenir fermier. En 191, au cours de la 13ème année du règne du roi Gogukcheon, un parent de la reine fomenta une rébellion contre le roi, qui fut facilement matée. Suite à cet épisode, le roi donna l’ordre aux quatre tribus les plus influentes de son royaume de proposer des hommes talentueux et honnêtes pour les postes gouvernementaux afin de contrebalancer l’immense pouvoir de la famille royale.

La personne dont le nom revenait le plus souvent était Ahn Yu. Or, au lieu d’accepter le poste qui lui était offert, ce dernier recommanda Eul Paso à sa place. Ahn Yu renonçait ainsi à l’honneur de servir le roi et à la possibilité de s’élever dans la société, convaincu que Eul Paso était plus capable que lui de sauver le pays de la ruine. Touché par cet élan patriotique, le roi envoya un émissaire offrir un poste de ministre à Eul Paso. Contre toute attente, Eul Paso refusa le poste : il expliqua qu’il était trop bête et trop paresseux pour occuper cette noble charge et demanda que le roi choisisse une autre personne à la place. Il était fort probable que des nobles s’opposent à la nomination d’un modeste fermier : il ne pouvait donc pas être assuré de pouvoir mener à bien sa charge. Son refus aurait provoqué la rage de tout roi, mais le roi Gogukcheon, qui savait repérer les gens doués, se rendit compte de ce que Eul Paso essayait de faire et il finit par lui proposer le plus haut poste au gouvernement, celui de Premier ministre.

Réalisations
Cette nomination inattendue d’un fermier au poste de Premier ministre souleva l’indignation des aristocrates. Ces derniers calomnièrent Eul Paso et firent appel auprès du roi pour qu’il soit remplacé. Cela n’eut aucun effet sur le roi, qui menaça même d’exterminer la famille de ceux qui n’obéiraient pas aux ordres du Premier ministre. Le soutien inébranlable du roi donna à Eul Paso l’autorité nécessaire pour mettre en œuvre des réformes. Le système éducatif fut amélioré, la corruption limitée ; de jeunes talents de toutes classes sociales furent recrutés et l’économie fut réorganisée. Sous l’autorité de Eul Paso, Goguryeo se renforça et devint plus prospère.

Eul Paso institua la loi « Jindae », le tout premier système d’aide sociale au monde, au cours de la seizième année du règne de Gogukcheon. La nouvelle mesure permettait aux fermiers d’emprunter du grain à l’Etat pendant les mois de pénurie de mars à juillet, et de rembourser ce prêt en octobre au moment des récoltes. Ce système soulagea les fermiers de l’inquiétude de ne pouvoir survivre les mois de printemps et leur donna un sentiment de sécurité leur permettant de se consacrer à leurs travaux. Les nations voisines apprirent très vite que Goguryeo était un endroit où il faisait bon vivre, ce qui engendra une grande vague d’immigrants, laquelle rendit Goguryeo d’autant plus puissant et prospère.

La loi Jindae de Goguryeo eut un impact considérable sur les actions législatives subséquentes, comme par exemple la réforme de la police sous la dynastie chinoise Song au 11ème siècle, ou encore « hwangok », un programme d’aide aux fermiers sous la dynastie Joseon. Eul Paso disparut en 203, après avoir établi les fondations d’une puissante nation. Sa mort fut profondément regrettée par le peuple de Goguryeo dont la vie fut améliorée grâce à sa vision bienveillante. La vie et les réalisations de Eul Paso montrent que le vrai pouvoir d’une nation réside non pas dans la puissance militaire ou la taille du territoire mais dans les hommes qui la gouvernent. Des hommes dévoués, nommés pour leur compétence et qui ont le courage de choisir des politiques qui veillent aux intérêts des gens ordinaires.

  • Top
  • Print
  • Twitter
  • Facebook
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next