Seol Chong, savant renommé et écrivain prodige de Shilla

2011-07-07

Précurseur du développement du hangeul, l’alphabet coréen

Aujourd’hui considéré comme l’un des systèmes d’écriture les plus scientifiques au monde, le hangeul, l’alphabet coréen est composé de 14 consonnes et 10 voyelles, qui peuvent former plus de dix mille lettres en se combinant. Il fut inventé par le roi Sejong en 1446 mais il y eut déjà une tentative ingénieuse de créer un système de transcription de la langue coréenne : le « idu ». Celui-ci permettait d’écrire le coréen phonétiquement à l’aide des sons ou des sens des caractères chinois. C’est Seol Chong, érudit de génie du royaume de Shilla, qui contribua en grande partie à son élaboration.

Promouvoir le confucianisme au royaume de Shilla

Seol Chong fut l’un des dix plus grands savants de Shilla. Pionnier du confucianisme, il traduisit les paroles de Confucius en coréen, et pourtant, paradoxalement, il est le fils du célèbre moine Wonhyo, qui introduisit le bouddhisme dans le royaume.

Lors du turbulent 7ème siècle, juste avant l’unification des trois royaumes de la péninsule coréenne, Wonhyo rencontra la princesse Yoseok, fille du roi Muyeol, qui donna naissance à Seol Chong en 655. Le moine retourna ensuite à la vie laïque. Or, malheureusement, il rompit ses liens avec sa fiancée et son fils pour continuer à prêcher et à propager le bouddhisme dans le pays.

Malgré l’absence de son père, Seol débuta dès l’enfance une carrière prometteuse et brillante dans les milieux académiques. Lorsque les caractères chinois furent adoptés par Shilla, il fut chargé de traduire les enseignements de Confucius. Il joua ainsi un rôle clé dans l’expansion du confucianisme au sein du royaume de Shilla.

Diffuser les paroles de Confucius

Seol écrit « Hwawanggye : admonestation au roi des fleurs » afin de transmettre le message de Confucius au Shinmun, le 31ème roi de Shilla. Incluse dans « Samguk Sagi : Mémoires historiques des Trois Royaumes », cette œuvre montre la pivoine, le roi des fleurs, qui se trouve confrontée à un choix difficile entre la rose et l’amémone. La rose arbore sa beauté pour séduire le roi alors que l’anémone lui promet, en dépit de sa modeste apparence, une loyauté indéfectible. Quand la pivoine penche d’abord vers les charmes de la rose, l’anémone regrette qu’un roi apprécie rarement les vassaux honnêtes et loyaux. En l’écoutant, le roi des fleurs admet son erreur stupide et choisit la modeste anémone comme son sujet.

Seol conseilla au roi Shinmun, par le biais de cette histoire, d’éviter les flatteurs et d’écouter les fidèles. Émerveillé par la sagesse de l’auteur, le roi ordonna d’enregistrer « Hwawanggye » dans les documents officiels afin de donner des leçons aux futurs souverains.

Les bonnes grâces du roi permirent à Seol d’accumuler les succès tout au long de sa longue carrière de haut fonctionnaire. Il écrivit de nombreux ouvrages dont un consacré à l’éloge du génie du confucianisme, du bouddhisme et du zen. Bien que la plupart de ses écrits soient perdus, les Coréens le considèrent toujours comme un grand sage.

  • Top
  • Print
  • Twitter
  • Facebook
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next