Yi Cha-don, premier martyr du bouddhisme de Shilla

2011-07-14

Martyre de Yi Cha-don

Lorsque le sang aussi blanc que le lait jaillit en un jet puissant de son cou déchiré,
Les pluies de fleurs tombèrent du ciel et la terre s’ébranla.
Les hommes et toutes les choses pleurèrent,
Les animaux et les plantes se troublèrent.

Telle est la description de l’exécution de Yi Cha-don, mort pour sa foi en 527, dans la 14ème année du règne du roi Beopheung de Shilla. Qui est ce martyr dont la mort fit pleurer même le ciel ?

Personne ne connaît la date exacte de sa naissance : peut-être est-il né en 506 ou en 501. Mais il est admis qu’il est descendant du roi Seupbogalmun, père du roi Jijeung. En plus de son sang royal, Yi était connu pour son intelligence et pour son intégrité, ce qui lui permit de devenir un proche collaborateur du roi Beopheung, le successeur de Jijeung. Le roi rêvait de faire du bouddhisme la religion nationale. Or, il rencontrait une forte opposition de la plupart de ses ministres qui étaient fidèles à la tradition chamanique. Yi décida alors de se sacrifier pour aider le roi. Il lui dit ainsi : « Un ministre doit être prêt à mourir pour son pays et un sujet doit se préparer à la mort pour son roi. Dès que je commencerais à bâtir un temple bouddhique, je vous prie de me condamner sous prétexte d’avoir violé la loi. »

Si le bouddhisme était déjà accepté par les pays voisins – en 372 par Goguryeo et en 384 par Baekje – les nobles de Shilla refusaient opiniâtrement de l’admettre et ils s’évertuaient toujours à l’exclure au début du 6ème siècle. À la différence de ses collègues, Yi, pour qui la paix, la charité et le développement spirituel étaient plus importants que le bonheur matériel, proposa de sacrifier sa propre vie. Beopheung était bien sûr contrarié à l’idée d’avoir à choisir entre un sujet affectionné et le bouddhisme. Après une longue hésitation, le roi finit par céder aux souhaits de Yi.

Peu de temps après, une rumeur courut : Yi Cha-don commençait à construire un temple bouddhique dans Cheongyeonglim, la forêt sacrée des traditions ancestrales. Les nobles de Shilla se précipitèrent devant le roi pour protester violemment contre l’introduction de la « religion des barbares » dans le royaume. Mais le roi affirma ne pas avoir ordonné la construction du temple et appela Yi Cha-don à la cour. Le temps vint pour lui de subir le martyre.

Des pluies de fleurs descendent du ciel et le bouddhisme s’épanouit

Yi Cha-don se retrouva devant le roi Beopheung et les ministres pour accomplir une double tâche : faire du bouddhisme la religion nationale et consolider le pouvoir royal. « Pourquoi m’accusez-vous ? protesta-t-il. Si vous acceptez les paroles du Bouddha, le royaume prospéra. Le Bouddha opérera des merveilles juste après ma mort pour prouver sa puissance. »

Et la prédiction se réalisa. Lorsque le sang aussi blanc que du lait jaillit en un jet puissant de son cou déchiré, les pluies de fleurs tombèrent du ciel. Grâce à ce miracle et à la dévotion du martyr, les nobles de Shilla adoptèrent le bouddhisme comme religion d’État. C’était en 527.

Unification des Trois Royaumes grâce au bouddhisme

Sans le sacrifice de Yi, le roi Beopheung n’aurait jamais pu renforcer son pouvoir et instituer le bouddhisme comme religion du royaume qui respecte la libre volonté de l’Homme. Shilla connut ainsi un âge d’or qui, aussitôt après, lui permit d’unifier les trois royaumes de la péninsule coréenne.

Yi Cha-don fut salué comme l’un des dix plus grands savants de Shilla qui étaient vénérés dans le temple Heungryun achevé en 544. Par la suite, un autre temple où un polyèdre à six faces est dressé afin d’honorer son sacrifice fut construit en son honneur.

  • Top
  • Print
  • Twitter
  • Facebook
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next