Park Mun-su, le légendaire inspecteur secret du roi

2011-09-08

Eosa, inspecteur secret pour punir les corrompus et pour aider les pauvres

Lors de la seconde moitié de la dynastie Joseon, la corruption était endémique dans la péninsule coréenne. Les gens du peuple n’avaient nulle part où se tourner, même quand tous leurs biens avaient été confisqués par les hauts fonctionnaires pourris. La seule personne sur qui ils pouvaient compter fut « eosa » – l’inspecteur secret du roi – Park Mun-su. Vêtu de haillons, il errait en enquêtant discrètement auprès des habitants et en réunissant toutes les preuves contre les administrateurs malhonnêtes. Quand le moment était venu, il les arrêtait et distribuait des grains et de l’argent aux pauvres.

Le eosa, ou inspecteur secret, était un poste spécialement nommé par le roi afin d’observer les fonctionnaires régionaux et veiller sur le peuple. Ce n’était pas une tâche facile : pour empêcher quiconque de découvrir sa vraie identité et sa destination, l’inspecteur devait quitter la capitale immédiatement après sa nomination et marcher 30 à 40 kilomètres par jour en guenilles. C’était aussi un métier dangereux car certains fonctionnaires véreux, en désespoir, tentaient même d’empoisonner les eosa pour les empêcher de révéler leurs méfaits. Parmi les nombreux inspecteurs secrets qui travaillèrent au cours des quatre siècles, depuis que le poste fut créé par le roi Jungjong en 1509, Park Mun-su fut le plus célèbre.

Park Mun-su, synonyme de eosa

Park est né en 1691, dans la 17ème année du règne du roi Sukjong. En 1723, il réussit au concours pour hauts fonctionnaires, ce qui marqua son entrée dans l’administration. À l’âge de 32 ans, il commença ainsi sa carrière publique en tant que responsable de chroniques historiques. L’année suivante, il bénéficia d’une promotion mais fut vite mis à pied, un bouc émissaire des querelles politiques.

Cependant, il fut rétabli en 1727 lorsque le roi Yeongjo effectua un remaniement ministériel dans le but d’apaiser la rivalité entre les partis politiques. Ayant remarqué l’intégrité de Park, le roi le choisit comme inspecteur secret de la région de Gyeongsang. Jusqu’au mars 1728, Park Mun-su a voyagé partout dans la partie sud-est du pays pour enquêter sur les malversations des fonctionnaires locaux et pour destituer ceux qui furent reconnus coupables. Il ordonna la restitution, à leurs propriétaires légitimes, les biens illégalement saisis et sélectionna les personnes qualifiées et respectées pour pourvoir les postes vacants. Son honnêteté et sa justesse firent de lui un héros populaire.

Dans la septième année du règne de Yeongjo, il fut envoyé à nouveau au sud en tant que eosa. Il distribua ses propres biens au peuple qui souffrait de la famine et rapporta au roi la situation désastreuse dans laquelle il se trouvait.

Un héros devenu légende

En plus de l’inspecteur secret du roi, Park tint plusieurs postes gouvernementaux importants : ministre de la Défense, ministre des Finances, gouverneur de la province de Gyeongsang, etc. Selon des documents historiques, il ne servit comme eosa que quatre fois – en 1727, 1731, 1741 et 1750 – avant de s’éteindre le 24 avril 1756 à l’âge de 65 ans. Mais ce qu’il fit pour remédier à la situation désespérée des pauvres et pour corriger l’injustice sociale donna lieu à de nombreuses légendes et un roman intitulé « Eosa Park Mun-su Jeon : histoire de eosa Park Mun-Su ». Bien sûr, ces contes, dont le nombre est d’environ 210, enjolivent l’exploit de Park en le décrivant, dans la plupart des cas, comme un héros. En effet, il se mit toujours au service des plus faibles en affrontant sans relâche les plus puissants. C’est à ce titre qu’il jouit d’une gloire éternelle et d’un respect illimité en tant que fonctionnaire le plus vertueux de la dynastie Joseon.



  • Top
  • Print
  • Twitter
  • Facebook
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next