Il Yeon, auteur du « Samguk Yusa », les anecdotes des Trois Royaumes

2012-03-08

Ecrire l’histoire à l’âge de 75 ans

Une femme donna naissance à un fils en 1206 à Gyeongsan dans la province de Gyeongsang du Nord. Elle avait présenté des symptômes de grossesse après avoir vu dans son rêve, pendant trois nuits consécutives, le soleil briller sur son ventre. Elle nomma son enfant Gyeon-myeong, qui signifie « avoir vu une lumière brillante ».

Le garçon quitta sa maison à l’âge de huit ans pour s’initier aux études bouddhistes au temple Muryang à Gwangju dans la province de Jeolla du Sud. En 1219, il devint moine. Il s’adonna désormais au bouddhisme tout en enregistrant tout ce qu’il vivait et entendait lors de ses voyages à travers le pays. En 1281, à l’âge de 75 ans, il écrivit son premier ouvrage historique, le « Samguk Yusa : les anecdotes des Trois Royaumes », qui représente avec le « Samguk Sagi : les chroniques des Trois Royaumes » l’histoire ancienne de la péninsule coréenne.


Identité historique du peuple coréen d’une époque rude et sombre

Reçu premier au concours d’Etat pour les moines bouddhistes et désormais désigné sous son nom bouddhiste Il Yeon, il fut reconnu comme un des plus grands érudits bouddhistes de l’époque. En 1283, il fut nommé précepteur du roi, le poste le plus honorable pour un prêtre bouddhiste.

Le « Samguk Yusa » décrit l’histoire officieuse des Trois Royaumes sur la base des légendes, des contes et des faits historiques concernant la période du développement des royaumes de Goguryeo, Baekje et Shilla du 1er siècle av. J.-C. au 7e de notre ère. La décision d’Il Yeon de recueillir des anecdotes oubliées dans un livre fut fortement influencée par la situation intérieure et extérieure de Goryeo au 13e siècle.

A l’époque, la dynastie Goryeo traversait un chapitre douloureux, menacée par les invasions mongoles. Après plus de 30 ans de résistance, les Coréens finirent par capituler devant un peuple qu’ils considéraient comme « barbare ». L’amère expérience de la défaite fut gravée dans l’esprit des habitants du royaume. Ils commencèrent à s’intéresser à nouveau à la tradition culturelle du passé. En ces temps difficiles, Il Yeon chercha à les aider à retrouver leur dignité et leur fierté.

Ecrit par Kim Bu-sik en 1145, le « Samguk Sagi : les chroniques des Trois Royaumes » décrit l’histoire de Goguryeo, de Baekje et de Shilla d’un point de vue purement bureaucratique et historique. Par contre, le « Samguk Yusa : les anecdotes des Trois Royaumes » commence par : « Dangun donna à son royaume le nom de Gojoseon et établit la capitale à Asadal à l’époque de l’empereur Yao en Chine. » En mentionnant le père fondateur du premier royaume coréen, le livre déclare l’identité nationale du peuple coréen. A commencer par celle de Gojoseon, toutes les légendes fondatrices des anciens royaumes de la Corée sont incluses dans le livre.


Réserve précieuse d’histoires

Composé de cinq volumes et de neuf chapitres, le livre établit la chronologie notamment des Trois Royaumes. Il décrit également le processus d’introduction du bouddhisme en Corée au cours de cette époque ainsi que des anecdotes sur les moines bouddhistes, les pagodes et les statues de Bouddha. Il explique aussi divers aspects sociaux et culturels de l’époque, ce qui nous permet d’aborder l’histoire ancienne et la culture globale de la nation.

Il Yeon voyagea aux quatre coins du pays en recueillant des légendes et des contes sur les rois, les aristocrates, les moines bouddhistes et les roturiers anonymes. Il décrivit de manière éclatante les épisodes connus du peuple mais pas encore intégrés dans l’histoire officielle.

Plein d’histoires intrigantes et d’inspirations, le livre ne se contente pas de relater les faits historiques, mais pose des questions comme « Qu’est-ce que l’univers ? » « Qu’est-ce qu’une nation ? » ou encore « Qu’est-ce qui rend une vie précieuse ? »

Il Yeon entra dans le nirvana en 1289.

  • Top
  • Print
  • Twitter
  • Facebook
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next