KBS WORLD Radio
KBS WORLD Radio
Territoire et
Géographie
Bref historique de la
Corée du Nord
Politique nord-
coréenne /Régime
Leader nord-coréen
Kim Il-sung
Idéologie du Juche
(autosuffisance)
Kim Jong-il
L'accession au
pouvoir de
Kim Jong-il
Kim Jong-un
Untitled Document
   
Fondements
La pagode du Juche.

Le « Juche » est l’idéologie officielle du régime nord-coréen. Comme elle est la justification théorique du pouvoir absolu de Kim Il-sung, on peut la considérer comme une version institutionnalisée du culte de la personnalité. Le terme « Juche » a fait sa première apparition officielle dans un discours donné par Kim Il-sung le 28 décembre 1955, lors d’un congrès du Parti des travailleurs sur la « lropagande et l’agitation ». Son discours s’intitulait : « De l’établissement de l’autosuffisance et de l’éradication du dogmatisme et du formalisme dans les projets idéologiques ».

La mort de Staline avait suscité une mise à distance du modèle stalinien en Union soviétique. Or, comme l’Union soviétique exerçait une influence considérable à cette époque sur la Corée du Nord, Kim Il-sung s’est senti menacé et a eu recours à l’idéologie du Juche pour contrecarrer toute influence négative venant d’Union soviétique.

L’idéologie du Juche devait à cette époque servir de base pour les projets à caractère idéologique. Toutefois, l’élimination progressive des diverses factions d’opposants à Kim Il-sung au sein du Parti des travailleurs a engendré une généralisation de l’emploi de ce terme. On l’utilisait alors aussi pour se référer à l’autosuffisance économique et à l’indépendance militaire. Quand le fossé s’est creusé entre l’Union soviétique et la Chine et que des débats révisionnistes ont éclaté, l’idéologie du Juche a servi aussi de base de référence pour la diplomatie.

Une fois le système de pouvoir absolu bien implanté et l’adoration de Kim généralisée, on a commencé à utiliser l’expression de « système de pensée monolithique » pour faire référence à l’idéologie du « Juche ». La nouvelle expression devait permettre de réaliser l’unité politique et idéologique au sein de la société nord-coréenne. Au 5ème congrès du Parti des travailleurs de 1970, le terme « Juche » a été inscrit dans les statuts du parti comme idéologie officielle.

De plus, la constitution révisée de 1982 a adopté le Juche comme idéologie officielle pour le gouvernement de la Corée du Nord. En 1974, le « Juche » a été officiellement rebaptisé le «  Kim Il-sung-isme » (ou simplement le « Kimisme »), un système de pensée révolutionnaire unique, doté d’une théorie et d’une méthodologie également révolutionnaires, répondant aux besoins d’une époque d’autosuffisance ». On distinguait expressément le « Kimisme » du Marxisme-léninisme et, plus tard, on présentait le premier comme étant supérieur au second.

Le fait que Kim Jong-il soit officiellement désigné en 1974 comme successeur au pouvoir implique que le « Juche » est intimement relié non seulement au pouvoir « monolithique » de Kim Il-sung, mais aussi à l’accession de Kim Jong-il au pouvoir. A partir de 1982, des interprétations plus concrètes du « Juche » ont été présentées dans les domaines politique, économique et militaire. Kim Jong-il a prétendu que son père avait, pour la première fois, proclamé l’établissement de l’idéologie du « Juche » au cours d’une réunion de cadres de la « Fédération de la Jeunesse anti-impérialiste » qui s’est tenue en Mandchourie en juin 1930. Etant donné que, dans les années 1930, Kim Il-sung a combattu les Japonais au sein des forces du Parti communiste chinois, et qu’il a ensuite, au début des années 1940, travaillé pour la 88ème Brigade spéciale soviétique, de telles allégations paraissent peu probables.
Le Commandant révolutionnaire

Les éléments spécifiques de l’idéologie du « Juche » ont évolué dans le temps. Au début, elle se basait sur le fait que « l’homme est maître de toute chose et doit tout décider de lui-même ». L’homme était censé être un sujet social et historique qui employait son indépendance, sa créativité et sa conscience pour déterminer son propre sort ; mais ce processus dépendait des « conseils éclairés d’un commandant ».

Ainsi, le rôle du commandant était essentiel pour établir l’autosuffisance. C’est ce qu’on appelle l’interprétation par le Juche du « commandant révolutionnaire ».

En 1986, une interprétation de « l’organisme sociopolitique » a été ajoutée, selon laquelle « le sujet de la révolution n’est rien d’autre que le corps intégré réunissant le Commandant, le Parti et le Peuple » ; ce corps est vu comme un « organisme sociopolitique dans la mesure où ses trois composants partagent le même sort ». Cette interprétation du « Juche » a plus tard évolué en celle de la « lignée dynastique», qui a permis l’accession au pouvoir de Kim Jong-il.
Le Juche sous Kim Jong-il
L’utilisation même du terme de « Juche » s’est faite plus rare sous Kim Jong-il. Cela ne veut cependant pas dire qu’elle avait perdu son influence comme idéologie dominante du régime. C’est plutôt que l’importance nouvellement gagnée par ses concepts secondaires a eu tendance à faire de l’ombre à l’apparente dominance du Juche lui-même. C’est-à-dire que le terme général de « Juche » est devenu moins présent dans la propagande, mais que d’autres concepts sont apparus, comme « l’idéologie du chevalier rouge », « la patrie forte » et « l’armée d’abord », qui tous prennent leur origine dans l’idéologie du « Juche ».