• Incheon, ville hôte des Jeux asiatiques de 2014, qui rêve de devenir une plaque tournate internationale



  • Il y a 2 000 ans, à l'époque des Trois Royaumes, une ville portuaire sur la côte ouest de Baekje est apparue pour la première fois dans les documents historiques coréens. Depuis les temps anciens, cette ville du nom d'Incheon a joué un rôle central dans la connexion entre la péninsule coréenne et le monde extérieur.

    En 1876, un an après l'incident du Unyo entre un navire militaire japonais et l'armée coréenne sur l'île de Ganghwa, le traité Ganghwa a été signé avec le Japon. Les ports de Busan, de Wonsan et enfin d'Incheon ont ainsi été ouverts officiellement au commerce nippon.

    Bien que son entrée dans une nouvelle ère historique ait été imposée de l'extérieur, Incheon s'est rapidement transformé en ville internationale. Lorsque le port de Jemulpo d'Incheon a été ouvert en 1883, il a fallu construire un quartier autonome résidentiel et commercial. La ville a eu un plan d'urbanisme qui consistait à louer une grande partie de son terrain aux étrangers afin qu'ils puissent avoir leurs propres installations autogérées. C'est l'origine du plan de l'urbanisation à l'occidentale.



    L'ouverture du port a introduit de nouvelles civilisations, qui ont ensuite changé le mode de vie des Coréens de manière fondamentale. Les nouvelles influences extérieures ont conduit l'installation des équipements modernes. Les habitants d'Incheon ont accueilli cette expérience inédite en Corée de tout cœur et diffusé les nouvelles idées à d'autres régions du pays. C'est ainsi qu'Incheon a rempli son rôle de point de départ de la modernisation de la Corée.

    Après l'annexion de la Corée en 1910, le gouvernement nippon a commencé à investir massivement dans la concession japonaise afin de créer un environnement urbain favorable aux résidents japonais. Par conséquent, Incheon ne ressemblait plus à une ville coréenne mais à une ville nippone et les Coréens n'ont plus été autorisés à utiliser la plupart des installations et des équipements urbains.

    Cependant, la capitulation japonaise a été signée en 1945 et Incheon, après avoir longtemps souffert de la tyrannie de la domination coloniale japonaise, a célébré la joie de l'indépendance. Mais le bonheur n'était que de courte durée. La guerre de Corée a éclaté en 1950 et dévasté non seulement Incheon mais l'ensemble du pays.



    Le gouvernement sud-coréen a lancé un plan d'industrialisation orienté vers l'exportation dès les années 1960. Incheon a fleuri comme un centre industriel. Les habitants d'Incheon, qui ont représenté moins de 3 % de la population totale du pays, ont produit 11 % de l'ensemble des produits exportés de la Corée du Sud. La ville a été le symbole de la volonté acharnée du pays du Matin clair pour la prospérité économique dans les années 1970.

    La ville a retrouvé son identité de ville portuaire avec l'établissement des relations diplomatiques avec l'Union soviétique et la Chine dans les années 1990. Aujourd'hui, elle est la troisième ville de Corée du Sud après Séoul et Busan avec environ 3 millions d'habitants et une superficie de plus de 1 032 km2.

    L'ouverture de l'aéroport international d'Incheon constitue un catalyseur qui a fait d'Incheon une véritable ville internationale. En 2013, l'aéroport international d'Incheon a été nommé meilleur aéroport du monde pour la huitième année consécutive. Environ 44 millions de personnes utilisent l'aéroport d'Incheon chaque année, ce qui signifie que plus de 100 mille personnes le fréquentent chaque jour. L'aéroport a entamé la troisième phase des travaux d'extension qui lui permettra d'accueillir 62 millions de passagers par an dès 2017.

    Le 5 août 2003, le gouvernement a désigné trois sites d'Incheon, dont Songdo, Yeongjong et Cheongna, comme première zone économique franche ou l'IFEZ de la Corée du Sud. Près de 5,5 mille milliards de dollars d'investissements étrangers et locaux ont été réalisés dans l'IFEZ. Un chiffre vraiment incroyable. Quant au quartier de Songdo, il abrite le siège de 13 organisations internationales dont huit sont affiliées aux Nations unies, ce qui en fait une véritable ville internationale. Incheon rêve de devenir une ville compétitive et il veut que sa zone économique franche soit mondialement reconnue.

    Le 17 avril 2007, la ville portuaire sud-coréenne d'Incheon a été sélectionnée comme la ville hôte des Jeux asiatiques de 2014 en battant New Delhi en Inde lors de l'élection de la ville hôte qui a eu lieu à Koweït City. La troisième ville de la Corée du Sud à accueillir les Jeux asiatiques, Incheon a terminé sa préparation de sept ans. Il est maintenant prêt à montrer au monde entier ses compétences et son potentiel.