La 49e Réunion consultative sur la sécurité s’est tenue à Séoul open the window of AOD

Publié le: 2017-11-05

Title

« Aucune attaque ni provocation militaire de la part de la Corée du Nord ne sera tolérée ». C'est ce qu'ont déclaré le ministre sud-coréen de la Défense Song Young-moo et son homologue américain James Mattis au sortir de la 49e Réunion consultative sur la sécurité (SCM) qui s'est tenue le 28 octobre à Séoul. Au terme de cette rencontre annuelle visant à discuter des questions de sécurité et de défense d'intérêt commun pour la Corée du Sud et les États-Unis, ils ont publié un communiqué présentant les principaux points d'accord dégagés lors de leurs discussions. La SCM est un organe de consultation suprême en matière de défense auquel participent les chefs de la Défense sud-coréen et américain. Elle a vu le jour en 1968 et se réunit tous les ans en alternance en Corée du Sud et aux États-Unis.

Les deux hommes ont d’abord exprimé leur volonté de « coopérer étroitement pour faire face efficacement à toute provocation nord-coréenne ». James Mattis a réaffirmé que « toute attaque contre les États-Unis ou contre leurs alliés sera vaincue » et que « toute utilisation d'armes nucléaires rencontrera une réponse à la fois efficace et écrasante ». Le secrétaire américain à la Défense a réitéré « l'engagement des États-Unis à fournir et à renforcer une dissuasion élargie pour la Corée du Sud en mobilisant toutes les capacités militaires, y compris le parapluie nucléaire, la frappe conventionnelle et les capacités de défense de missile ».

Parmi les sujets abordés au cours de la 49e SCM, le transfert du contrôle opérationnel des forces armées en temps de guerre (Opcon) a occupé le premier plan. Lors de la réunion précédente, en octobre 2016, les deux pays s'étaient engagés à transférer l'Opcon de Washington à Séoul « en temps opportun, d'une manière stable ». Or cette fois-ci, les deux alliés ont décidé de « rendre possible rapidement » cette transition. En effet, c’est ce dont ont convenu le président sud-coréen Moon Jae-in et son homologue américain Donald Trump lors de leur sommet en juin dernier. Selon l'explication du ministre sud-coréen de la Défense, « il ne s'agit pas d'avancer le calendrier, mais de faire mûrir rapidement les conditions nécessaires à la reprise de l'Opcon ». À cet égard, il faut noter que, lors de la dernière SCM, les deux pays ne sont pas parvenus à approuver le projet de création d'une future structure de commandement destinée à remplacer le Commandement des forces conjointes sud-coréano-américaines actuellement en place. Car les avis des deux parties divergent sur la composition du personnel de la nouvelle structure, selon une source. Tout ce que l’on sait pour l’instant, c’est que, lorsque Séoul aura récupéré le contrôle opérationnel en temps de guerre, le poste de commandant en chef du commandement conjoint sera occupé par un général quatre étoiles sud-coréen et que le poste de commandant en chef adjoint sera confié à un général américain.

En 2007, la Corée du Sud et les États-Unis avaient décidé de transférer l'Opcon en avril 2012. Mais les deux pays ont reporté le délai à deux reprises pour le fixer au milieu de l'année 2020. Pourtant, le gouvernement de Moon a décidé de l'avancer au début de la même année.

Par ailleurs, le communiqué conjoint fait état de l'élargissement du déploiement en rotation des armements stratégiques américains dans la péninsule coréenne pour faire face aux menaces nucléaire et balistique nord-coréennes. Le ministre sud-coréen de la Défense a expliqué que Séoul et Washington ont pris cette décision pour « renforcer l'engagement des États-Unis en faveur d'une dissuasion élargie » et que les deux alliés se sont également mis d'accord pour « accroître leur coopération en matière de politique de dissuasion ».

Enfin, les deux chefs de la Défense ont convenu de supprimer « rapidement » la limitation de poids de l'ogive des missiles balistiques sud-coréens. En effet, selon les directives révisées en 2012, la portée des projectiles sud-coréens ne peut pas dépasser 800 km et le poids de l'ogive est limité à 500 kg. Mais le 4 septembre, lors d'un entretien téléphonique, les présidents des deux pays se sont mis d'accord pour lever les restrictions relatives au poids de l'ogive des missiles sud-coréens.

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Liste
  • Top
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next
Internet Radio On-Air Window to KBS WORLD Radio Window to KOREA
Parlons Coréen (Mobile)
La Corée du Nord à la loupe
Autres services
KBS World Radio Mobile
  • KBS World Radio Mobile
  • La nouvelle application améliorée de KBS World Radio rassemble toute l’actualité et les contenus avec les services au préalable accessibles via différentes applications....

<

1 / 4

>