Lee Jae-yong voit sa peine réduite en appel à 30 mois de prison avec sursis open the window of AOD

Publié le: 2018-02-11

Title

Le vice-président de Samsung Electronics a été libéré après un an de détention, suite à la décision de la justice de lui accorder un sursis. Ce lundi, Lee Jae-yong a été condamné en appel à une peine d'emprisonnement de 30 mois assortie d’un sursis de quatre ans par la Cour d’appel de Séoul. Il avait été arrêté en février 2017 pour son implication dans le gigantesque scandale de corruption qui a entraîné la destitution de la présidente Park Geun-hye. A l'issue de son procès en première instance, en août 2017, l’héritier de l’empire Samsung avait été condamné à cinq ans de prison ferme. Il avait été jugé coupable de versement de pots-de-vin, détournement de fonds, dissimulation de produits d'activités criminelles, transfert illicite de biens à l'étranger et parjure devant l’Assemblée nationale.

Cependant, la Cour d’appel a réévalué plusieurs de ces chefs d'accusation. Ainsi, le transfert illégal de biens à l'étranger a été rejeté, tandis que la corruption et le détournement de fonds ont été partiellement reconnus. Selon la justice, « l'ancienne présidente Park Geun-hye, qui détenait le plus haut pouvoir politique du pays, a usé d'intimidation et de pression sur les dirigeants du groupe Samsung, et sa proche amie Choi Soon-sil, guidée par un amour maternel erroné, a poursuivi ses intérêts personnels ».

Les procureurs indépendants avaient estimé que Lee Jae-yong aurait offert ou promis d'offrir au total 43,3 milliards de wons, soit environ 32 millions d'euros, à l'ancienne chef de l'Etat, afin de bénéficier du soutien du gouvernement à un projet de fusion de deux filiales du groupe, une étape primordiale pour prendre le contrôle du conglomérat en succédant à son père, Lee Kun-hee. Le tribunal de première instance avait reconnu des sollicitations implicites de la part de Lee Jae-yong dans ce sens. Mais la Cour d'appel a estimé que Lee n'avait formulé aucune sollicitation, qu’elle soit explicite ou implicite. Elle n’a reconnu comme pots-de-vin qu’une partie des dons faits par Lee à l'ancienne présidente et à sa confidente. Ainsi, elle a jugé que le dirigeant de facto du premier conglomérat du pays était coupable d'avoir versé 3,6 milliards de wons à une société de Choi Soon-sil basée en Allemagne afin de sponsoriser l'entraînement équestre de sa fille de cette dernière, Jeong Yu-ra.

Au final, la Cour d'appel a réfuté les arguments des procureurs spéciaux qui voyaient dans cette affaire un exemple typique de la collusion politico-économique. Ce verdict devrait affecter les procès en cours contre Park Geun-hye et Choi Soon-sil, mais aussi d'autres procès similaires impliquant des dirigeants de « chaebols » sud-coréens, comme le président du groupe Lotte, Shin Dong-bin.

La décision de la Cour d'appel a suscité de vives critiques dans le pays. Le Minjoo, le parti au pouvoir, le Parti de la justice, progressiste, mais aussi plusieurs associations civiles ont dénoncé l'immunité accordée aux riches conglomérats et aux manipulateurs des affaires de l'Etat. En revanche, le Parti Liberté Corée, le premier parti d'opposition conservateur, a salué la sentence de la justice qui, selon lui, s'est strictement appuyée sur les faits et les preuves. Pleinement conscient des remous provoqués par ce verdict, le groupe Samsung s'est abstenu quant à lui de tout commentaire.

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Liste
  • Top
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next
Internet Radio On-Air Window to KBS WORLD Radio Window to KOREA
Sommet intercoréen 2018
La Corée du Nord à la loupe
청취자 만족도 조사 결과 -F
Parlons Coréen (Mobile)
Autres services
KBS World Radio Mobile
  • KBS World Radio Mobile
  • La nouvelle application améliorée de KBS World Radio rassemble toute l’actualité et les contenus avec les services au préalable accessibles via différentes applications....

<

1 / 4

>