30 ans de prison ferme requis contre Park Geun-hye open the window of AOD

Publié le: 2018-03-04

Title

Le Parquet a requis une peine de prison ferme de 30 ans et une amende de 118,5 milliards de wons, soit 90 millions d’euros, contre Park Geun-hye, dans le cadre de l’immense scandale de corruption qui a conduit à sa destitution en mars 2017. Le verdict devrait être rendu le mois prochain.

Lors de l’audience en première instance tenue mardi au tribunal central du district de Séoul, les procureurs ont requis une peine d'enfermement de 30 ans contre l'ancienne présidente en expliquant qu’elle a « privatisé le pouvoir présidentiel pour manipuler les affaires de l'Etat et porté atteinte aux valeurs de la Constitution ».

Dans leur plaidoirie finale, les avocats commis d'office ont demandé au Parquet de requérir l’acquittement ou au moins d'accorder une faveur en tenant compte des accomplissements réalisés par l'ancienne occupante de la Cheongwadae durant son mandat. Concernant l'accusation d'abus de pouvoir pesant sur Park, ils ont affirmé qu’elle avait agi « pour le bien du pays et du peuple et non pas pour ses intérêts personnels ». Selon ses avocats, on pourrait lui reprocher politiquement et moralement de ne pas avoir empêché ses proches de commettre des fautes, mais il serait difficile de considérer tous ses actes comme illégaux.

La décision du Parquet divise la classe politique. Le Minjoo, le parti au pouvoir, a estimé que la peine requise par les procureurs contre elle était « tout fait juste au regard du poids des actes commis par l'ex-chef de l’Etat ». Il a également espéré que le tribunal rendra un « verdict intelligent ». En revanche, le Parti Liberté Corée, le premier parti d'opposition, a qualifié la peine requise d' « atroce ». La formation conservatrice est allée jusqu’à affirmer qu'« une peine capitale serait moins irrespectueuse », avant d'ajouter que « le Parquet a choisi une peine correspondant au goût du pouvoir en place ».

Park Geun-hye a été inculpée, en avril 2017, de 18 chefs d'accusation au total, dont corruption, abus de pouvoir, coercition, détournement de fonds et divulgation des secrets d'Etat. Pour 15 d'entre eux, sa culpabilité a déjà été reconnue lors des procès menés contre ses complices, comme son amie de longue date, Choi Soon-sil, ou l’ancien secrétaire général à la Maison bleue, Kim Ki-choon. Pour rappel, Choi a été condamnée en première instance à 20 ans de prison le mois dernier. Étant donné que la corruption et l'abus de pouvoir commis par des fonctionnaires sont plus sévèrement punis que ceux commis par des civils, Park Geun-hye risque d'être condamnée à une peine plus lourde que celle imposée à sa confidente.

L’ex-locataire de la Maison bleue a été mise en détention le 31 mars 2017. En octobre 2017, la justice sud-coréenne a décidé de prolonger de six mois son placement en détention. En signe de contestation, l'ancienne présidente refuse de comparaître devant le tribunal. Son procès se déroule donc en son absence. Elle n'était pas là, non plus, à l’annonce de la réquisition mardi. Le verdict en première instance est attendu le 6 avril prochain.

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Liste
  • Top
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next
Internet Radio On-Air Window to KBS WORLD Radio Window to KOREA
Sommet intercoréen 2018
La Corée du Nord à la loupe
청취자 만족도 조사 결과 -F
Parlons Coréen (Mobile)
Autres services
Podcasts
  • Podcasts
  • En téléchargeant les podcasts de KBS World Radio au format MP3, vous pouvez écouter nos programmes...

<

4 / 4

>