Les élections locales ont lieu dans moins de 100 jours open the window of AOD

Publié le: 2018-03-11

Title

Nous sommes à moins de 100 jours des élections locales qui se tiendront le 13 juin. Ce scrutin qui se déroule sur l’ensemble du territoire sud-coréen doit désigner de nouveaux gouverneurs provinciaux, des maires, des recteurs d'académie et des conseillers locaux. Au total, quelques 3 500 postes sont en jeu. Le dernier scrutin local remonte au 4 juin 2014.

L'enregistrement des candidats préliminaires auprès de la commission électorale nationale a débuté le 13 février par les postes de chefs de collectivités locales et de recteurs d'académie. L'Assemblée nationale a adopté tardivement, le 5 mars, une révision de la loi sur les élections de la fonction publique portant sur le redécoupage des circonscriptions électorales. L'échéance légale pour finaliser la carte des circonscriptions était fixée au 13 décembre 2017, soit six mois avant les élections. Mais le pouvoir et l'opposition ne sont pas parvenus à un accord dans le délai imparti, entraînant du retard dans l'adoption de la loi. Ainsi, les candidats aux postes de conseillers locaux ont commencé leur inscription le 2 mars alors que les circonscriptions n'avaient même pas été déterminées.

Une fois l’inscription effectuée, les candidats préliminaires ont le droit de mener leur campagne électorale dans une certaine limite. Ils peuvent ouvrir un bureau de campagne et distribuer des cartes de visite. L'inscription officielle des candidats se déroulera les 24 et 25 mai, et la campagne électorale démarrera officiellement le 31 mai.

Les élections locales du 13 juin sont les premières au niveau national depuis l'arrivée au pouvoir du président Moon Jae-in en mai 2017. Le résultat de ce scrutin sera vu comme une sorte de bilan à mi-mandat du gouvernement et donnera un avant-goût des législatives prévues en 2020. Si le parti présidentiel remporte la victoire lors du scrutin de juin, il pourra renforcer son emprise sur les affaires de l'Etat. Si c'est l'opposition qui gagne, elle pourra exercer un contrepoids plus important face aux initiatives du pouvoir.

Il faut noter que ces élections se déroulent dans un système à quatre partis politiques, issu d'une série de scissions et de fusions des formations. À côté du parti Minjoo, la formation de centre-gauche au pouvoir, et du Parti Liberté Corée, le premier parti d'opposition, conservateur, on compte deux formations centristes. Le mois dernier, le Parti du peuple et le Parti Bareun ont fusionné pour devenir le parti Bareun-Avenir. Or, lors de ce processus, une partie des députés du Parti du peuple ont fait défection pour créer leur propre formation, baptisée le Parti pour la démocratie et la paix. Le sort des deux nouvelles formations dépendra fortement de leurs résultats aux élections de juin.

Ce scrutin s’annonce serré et son issue plus imprévisible que jamais. Il est vrai que le parti au pouvoir Minjoo bénéficie toujours d'un fort soutien populaire. Mais l'offensive du Parti Liberté Corée devient de plus en plus vigoureuse. Le premier parti d'opposition compte mettre en avant les questions relatives à la sécurité nationale et dénoncer notamment la politique nord-coréenne de l'administration Moon Jae-in.

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Liste
  • Top
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next
Internet Radio On-Air Window to KBS WORLD Radio Window to KOREA
Sommet intercoréen 2018
La Corée du Nord à la loupe
청취자 만족도 조사 결과 -F
Parlons Coréen (Mobile)
Autres services
Podcasts
  • Podcasts
  • En téléchargeant les podcasts de KBS World Radio au format MP3, vous pouvez écouter nos programmes...

<

4 / 4

>