Jang Song-thaek, l'oncle du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a été exécuté open the window of AOD

Publié le: 2013-12-15

Title

Jang Song-thaek, l’oncle du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a été exécuté pour trahison. Vendredi, la KCNA, l’agence de presse officielle nord-coréenne, a annoncé l’exécution de Jang, immédiatement après avoir été condamné à mort par une cour martiale spéciale. Il a été reconnu coupable de plusieurs chefs d’accusation dont complot contre le régime, corruption et débauche.

Le Rodong Sinmun, le journal officiel du Parti des travailleurs nord-coréen, a annoncé la nouvelle en montrant une image de Jang, debout, devant un tribunal, menotté et tenu par deux gardes.

Son limogeage avait été évoqué pour la première fois le 3 décembre par le NIS, le service sud-coréen du renseignement, avant d’être confirmé le 9 décembre par les médias nord-coréens. Entre temps, l’incertitude avait plané sur son sort.

Qui est Jang Song-thaek ? Ce dernier est né dans une famille tout à fait ordinaire en 1946. Son destin a, toutefois, basculé de manière spectaculaire après avoir rencontré Kim Kyong-hui sur les bancs de la faculté. Il a fait son entrée dans la « famille royale nord-coréenne » en 1972 en se mariant avec la fille aînée du fondateur du régime nord-coréen Kim Il-sung. Depuis, il avait enchaîné les postes à haute responsabilité au sein du Parti des travailleurs, unique parti du pays.

Pendant la période de transition après la mort de Kim Jong-il en décembre 2011, il avait grandement contribué à consolider le pouvoir de Kim Jong-un qui succédait à son père. Jusqu’il y a peu, Jang occupait le poste de vice-président de la Commission de défense nationale. Souvent considéré comme le régent du jeune leader nord-coréen, il a, pourtant, fini par subir le même sort que certains anciens poids-lourds du régime, tombés en disgrâce.

Selon les experts de la Corée du Nord, l’exécution de Jang pourrait annoncer une vaste purge contre son cercle et faire régner une période de terreur dans la société nord-coréenne. Le jugement de la Cour martiale a en effet indiqué que l’oncle déchu avait incité à la subversion du régime, mobilisant son réseau de relations dans le parti et dans l’armée. Il y a donc de fortes chances que les proches de Jang soient également limogés du pouvoir. D’ailleurs, deux de ses adjoints ont déjà été fusillés en public quelques jours avant son exécution.

La Cour martiale a accusé en outre Jang d’avoir tenté de se ranger du côté des sympathisants de la Corée du Sud. Pendant un certain temps, Kim Jong-un pourrait donc mener une purge sanglante contre les personnalités jugées menaçantes à son pouvoir. Ce qui laisse penser que cette évolution de la situation pourrait faire place à une certaine instabilité du régime de Kim Jong-un, et menacer la sécurité de la péninsule coréenne.

A Séoul, le gouvernement n’a pas tardé à réagir à l’annonce de la nouvelle par les médias nord-coréens. La Maison bleue a convoqué le 13 décembre la réunion de coordination de la politique nationale de la sécurité, présidée par Kim Jang-soo, le conseiller présidentiel en chef en charge de la sécurité nationale.

A l’issue de cette réunion, le ministère sud-coréen de la Réunification a publié un communiqué pour exprimer l’inquiétude du gouvernement, précisant que Séoul surveillait de près la situation au Nord et qu’il se préparerait à toutes les éventualités dans le calme. Le ministère a aussi ajouté qu’aucun mouvement particulier ou anormal n’avait été signalé au Nord pour l’instant, et que l’armée sud-coréenne se tenait en état d’alerte accru.

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Liste
  • Top
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next
Internet Radio On-Air Window to KBS WORLD Radio Window to KOREA
Sommet intercoréen 2018
La Corée du Nord à la loupe
청취자 만족도 조사 결과 -F
Parlons Coréen (Mobile)
Autres services
KBS World Radio On-Air
  • KBS World Radio On-Air
  • L’application On-Air est spécialement conçue pour accéder rapidement et simplement aux services audio des programmes...

<

2 / 4

>