Création d’une « task force » pour réexaminer l’accord de 2015 sur les femmes de réconfort

Publié le: 2017-08-01

Title

Le gouvernement sud-coréen a lancé hier un groupe de travail chargé du dossier des « femmes de réconfort ». Mise directement sous l’autorité du ministère des Affaires étrangères, cette équipe a pour mission de réexaminer le déroulement des négociations qu’il y a eu entre Séoul et Tokyo en 2015, mais aussi l’ensemble du contenu discuté. La « task force » a tenu le même jour sa première réunion de direction. Elle examinera désormais des faits liés à l’accord bilatéral tout en prenant en compte le point de vue des victimes. Elle devra aussi tendre l’oreille aux survivantes et aux personnes concernées. Si tout se déroule comme prévu, elle pourra boucler son rapport avant la fin de l’année, qui sera ensuite rendu public.

Pour rappel, le traité en question a été conclu le 28 décembre 2015 lors d’une rencontre entre les ministres des Affaires étrangères des deux nations. Le chef de la diplomatie sud-coréenne de l’époque Yoon Byung-se et son homologue japonais Fumio Kishida se sont alors accordés sur trois articles. Primo, le Japon fait amende honorable pour l’esclavagisme sexuel imposé par son armée durant la Seconde guerre mondiale. Secundo, son gouvernement crée un fonds destiné à soutenir les anciennes esclaves sexuelles. Tertio, il verse en ce sens un milliard de yens, ce qui a été réellement effectué par la suite. Les deux parties ont ainsi déclaré avoir mis fin de manière définitive et irréversible à la pomme de discorde qui freinait l’amélioration des relations bilatérales.

Les polémiques n’ont pourtant pas cessé. En Corée du Sud, l’opinion publique a reproché au gouvernement de ne pas avoir suffisamment été à l’écoute des plaignantes. D’ailleurs, les excuses exprimées par Tokyo n’étaient que superficielles aux yeux des sud-Coréens pour amplifier leur courroux. Dans ce climat de confusion, le Japon a pour sa part réclamé la mise en application du traité à chaque fois que l’occasion se présentait. Enfin, tout cela a terni l’éclat de cet accord historique, qui se voulait contribuer à tourner la page des différends entre les deux voisins. Et là, la nouvelle équipe de travail vient d’être mise sur pied pour y remédier. On comprend donc pourquoi elle cherche à centrer leur enquête sur la demande des victimes. En effet, les ministères compétents des deux pays s’étaient longtemps entretenus sur cette question délicate des « wianbus », à partir d’avril 2014 jusqu’à décembre 2015, sans trouver cependant de terrain d’entente. Mais ils étaient ensuite subitement parvenus à un compromis, ce qui intrigue aujourd’hui le groupe de travail. Cette task force va également mettre en lumière la manière dont certains termes ont été introduits dans le texte, tels que « règlement définitif et irréversible » et « retrait » de la statue dédiée. Pour ce faire, elle ne manquera pas de consulter des documents diplomatiques et les fonctionnaires en charge.

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Liste
  • Top
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next
Internet Radio On-Air Window to KBS WORLD Radio Window to KOREA
Parlons Coréen (Mobile)
La Corée du Nord à la loupe
Autres services
KBS World Radio On-Air
  • KBS World Radio On-Air
  • L’application On-Air est spécialement conçue pour accéder rapidement et simplement aux services audio des programmes...

<

2 / 4

>