Le NIS reconnaît avoir tenté d’influencer les présidentielles de 2012 au profit de Park Geun-hye

Publié le: 2017-08-04

Title

Le Service national du renseignement (NIS) serait intervenu directement dans la manipulation de l’opinion publique en faveur de Park Geun-hye, la candidate du parti au pouvoir à l’époque, lors de l’élection présidentielle 2012. C’est ce qu’a dévoilé hier le groupe du travail du NIS chargé d’éradiquer toute collusion de son agence avec le pouvoir. Selon lui, le NIS aurait agi très méthodiquement sur une longue période au profit du gouvernement précédent. Entre 2009 et 2012, il a géré des groupes cybernétiques externes constitués d’individus conservateurs et militants du parti présidentiel. Ces activistes venaient de divers milieux, tels que les réservistes, les salariés, les femmes au foyer, les étudiants ou les petits commerçants. Ils ont été rémunérés pour poster en ligne des commentaires dénonçant toute critique contre le pouvoir comme une tentative des partisans pro-Pyongyang d’entraver les affaires de l’Etat. Bref, il s’agissait de contrer l’opinion anti-gouvernementale. En 2009, le NIS ne comptait que neuf groupes de ce type. Mais il en a augmenté le nombre à 30 en 2012, l’année où le pays a organisé les élections législatives et la présidentielle.

Ce scandale avait eu un grand retentissement à l’approche de la présidentielle 2012. On soupçonnait déjà les employés de la cellule de guerre psychologique du NIS de publier sur Internet des commentaires calomniant Moon Jae-in du PDU et faisant l’éloge de Park Geun-hye du Saenuri. A l’époque, la première formation d’opposition, a pu remonter la piste pour prendre en flagrant délit une employée du NIS cachée dans un studio. Il l’a dénoncée à la police. Or, deux jours avant le scrutin, la Police avait annoncé ne pas en avoir trouvé la preuve.

Park Geun-hye a finalement gagné la présidentielle. Mais l’affaire était loin de se terminer. En avril 2013, le PDU a dénoncé au Parquet Won Sei-hoon, le directeur du NIS à l’époque. Le Parquet a évoqué deux motifs pour l’inculper, à savoir l’infraction à la loi sur le NIS, et celle à la loi relative des élections de la fonction publique. L’ancien patron du service de renseignement a été condamné en première instance à une peine de prison avec sursis parce que le Tribunal a voulu le premier chef d’accusation. Quant à la Cour d’appel, elle a retenu les deux chefs pour le condamner à trois ans de prison. Or, la Cour suprême lui a renvoyé l’affaire en estimant que les principales preuves n’étaient pas décisives. Le procès est donc toujours en cours. La Justice rendra son verdict le 30 août. La révélation d’hier pourrait avoir un grand impact sur l’issue de cette affaire judiciaire et même faire jurisprudence.

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Liste
  • Top
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next
Internet Radio On-Air Window to KBS WORLD Radio Window to KOREA
Parlons Coréen (Mobile)
La Corée du Nord à la loupe
Autres services
RSS Service
  • RSS Service
  • Grâce à ce service, les visiteurs du site Internet de KBS World Radio ont accès très facilement aux dernières...

<

3 / 4

>