Les nouvelles sanctions américaines pourraient menacer la reprise des activités à Gaeseong

Publié le: 2017-08-04

Title

Le président américain Donald Trump a finalement signé mercredi le projet de loi en faveur d’un éventail de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord, la Russie et l’Iran. Le texte comprend une clause qui interdit toute embauche de travailleurs nord-coréens à l’étranger, et qui prévoit également de sanctionner les entreprises qui ne respectent pas cette règle. Cette clause devrait mettre dans sa ligne de mire principalement la Chine et la Russie qui recourent massivement à la main d’œuvre venue du royaume ermite. Or, elle soulève un problème à Séoul : elle pourrait s’appliquer également au parc industriel de Gaeseong, symbole de la coopération économique intercoréenne, si ce complexe était toujours ouvert. Le ministère sud-coréen de la Réunification a donné hier son avis en la matière. Selon lui, la clause en question ne concernerait pas ce site étant donné que celui-ci est situé au nord du 38e parallèle qui sépare les deux Corées. En effet, le complexe mixte employait des ouvriers nord-coréens non pas à l’étranger mais sur le territoire nord-coréen.

Néanmoins, cette clause coercitive risque de peser lourd sur les discussions pour une éventuelle réouverture de Gaeseong, d’autant plus que la loi américaine vise à tarir les sources de financement du régime de Kim Jong-un. Même s’il s’agit de l’embauche à l’intérieur du pays communiste, les salaires versés au complexe de Gaeseong pourraient servir à Pyongyang pour poursuivre son développement balistique et nucléaire. Justement, c’est pourquoi le précédent gouvernement sud-coréen avait décidé d’y suspendre totalement les activités en février 2016, en représailles au 4e essai nucléaire effectué par le pays communiste un mois auparavant. Les entreprises sud-coréennes installées au parc embauchaient 55 000 ouvriers nord-coréens à l’époque. Chaque année, le Sud payait au Nord plus de 100 millions de dollars, y compris les salaires de ces travailleurs.

Le parc de Gaeseong ne fait pas l’objet de cette nouvelle loi américaine. Mais le Sénat a précisé la condition sine qua non de sa réouverture dans un autre projet de loi contre la Corée du Nord. Selon ce texte, Gaeseong pourrait reprendre ses activités à condition que Pyongyang démantèle ses armements nucléaire, chimique, biologique et radioactif « de manière complète, vérifiable et irréversible ». Cette exigence est mentionnée dans une clause dite « avis du Congrès » qui n’a pas de force contraignante sur le plan juridique. Toutefois, cela montre que l’opinion américaine est largement défavorable à la réouverture du complexe intercoréen. Selon Séoul, il faudrait avant tout une amélioration de la question nucléaire nord-coréenne avant d’envisager la réouverture du site. En effet, il faudra attendre que la communauté internationale lève ou bien allège ses sanctions contre Pyongyang, et que l’opinion publique sud-coréenne se montre favorable à une telle perspective. Le ministère de la Réunification a déclaré qu’il trancherait sur ce dossier au moment venu.

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Liste
  • Top
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next
Internet Radio On-Air Window to KBS WORLD Radio Window to KOREA
Parlons Coréen (Mobile)
La Corée du Nord à la loupe
Autres services
RSS Service
  • RSS Service
  • Grâce à ce service, les visiteurs du site Internet de KBS World Radio ont accès très facilement aux dernières...

<

3 / 4

>