Pyongyang continue de contourner les sanctions internationales

Publié le: 2017-09-08

Title

La Corée du Nord continue d’engranger des devises étrangères en profitant des failles des sanctions imposées par l’Onu à son encontre. Selon le Wall Street Journal daté du 7 septembre, c’est ce que révèle un rapport provisoire présenté par un groupe d’experts rattaché au Comité des sanctions sur la Corée du Nord du Conseil de sécurité des Nations unies. Le rapport avance deux raisons qui expliquent un tel dysfonctionnement. D’une part, il s’agit du laxisme de la part des Etats membres de l’Onu qui n’appliquent pas rigoureusement les sanctions. D’autre part, le régime de Kim Jong-un perfectionne sans cesse ses techniques pour contourner celles-ci. Le groupe d’experts souligne que cela rend inefficace le dispositif onusien, et que l’exécution réelle des sanctions est très loin d’atteindre leur objectif-clé, à savoir la dénucléarisation de la Corée du Nord.

Selon ce rapport, le royaume ermite a gagné 270 millions de dollars depuis fin 2016, en tirant parti des lacunes des sanctions internationales. Une grande partie de son revenu provient des exportations vers la Chine de charbon, de fer ou de zinc, alors que ses ressources minières faisaient l’objet de l’embargo. Comme Pékin a décidé de suspendre ses importations du charbon nord-coréen en février dernier, Pyongyang a trouvé une astuce commerciale qui consiste à faire transiter ses marchandises par la Malaisie et le Vietnam. Par ailleurs, la Corée du Nord serait le véritable propriétaire de certaines banques créées, gérées et détenues par les entreprises chinoises. Elle entretient également des relations interdites avec quelques pays africains. Par exemple, ses instructeurs militaires continuent de former les membres de la garde présidentielle, de l’armée et de la police en Angola et en Ouganda.

D’après le panel d’experts des Nations unies, une enquête est actuellement menée sur une collusion entre la Syrie et la Corée du Nord. Le soupçon pèse sur une « connection » entre le Komid et le CERS. Le Korea Mining Development Trading Corporation (Komid), est un exportateur nord-coréen d’armes chimiques, de missiles balistiques et d’armes conventionnelles. Il figure sur la liste noire du Conseil de sécurité de l’Onu depuis 2009. Le Centre syrien d’études et de recherches scientifiques (CERS) est un organisme gouvernemental de la Syrie chargé de gérer les armes biologiques et chimiques. Pyongyang semble impliqué dans l’approvisionnement de Damas en missiles Scud et missiles sol-air. Selon le rapport, deux Etats membres de l’Onu ont récemment intercepté des cargaisons nord-coréennes à destination de la Syrie. On critiquait déjà les lacunes des sanctions onusiennes depuis longtemps. Mais ce dernier rapport pointe du doigt les exemples concrets. Ces révélations détaillées devraient avoir un grand impact sur le vote d’une résolution de nouvelles sanctions encore plus sévères et fermes contre le régime de Kim Jong-un que l’Onu prépare en ce moment à l’initiative des Etats-Unis.

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Liste
  • Top
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next
Internet Radio On-Air Window to KBS WORLD Radio Window to KOREA
Parlons Coréen (Mobile)
La Corée du Nord à la loupe
Autres services
KBS World Radio Mobile
  • KBS World Radio Mobile
  • La nouvelle application améliorée de KBS World Radio rassemble toute l’actualité et les contenus avec les services au préalable accessibles via différentes applications....

<

1 / 4

>