Pékin exhorte les entreprises nord-coréennes sur son sol à fermer leurs portes

Publié le: 2017-09-29

Title

La Chine s’aligne sur la position des Etats-Unis pour appliquer les sanctions contre la Corée du Nord imposées par la communauté internationale. Elle a ordonné la fermeture des entreprises nord-coréennes sur son territoire d’ici à janvier 2018. Son ministère du Commerce a publié cet avis hier sur son site Internet. Selon lui, cette mesure a été prise en application de la résolution 2375 votée le 12 septembre par le Conseil de sécurité de l’Onu suite au sixième essai nucléaire du régime de Kim Jong-un. Dans sa ligne de mire se trouvent les coentreprises sino-étrangères, entreprises à capitaux mixtes et à capitaux étrangers établies dans l’empire du Milieu par des entités ou des individus nord-coréens. S’y ajoutent les coentreprises sino-nord-coréennes basées à l’étranger. Les établissements en question devraient fermer leurs portes dans les 120 jours à compter de l’adoption de la dernière résolution, à savoir jusqu’au 10 janvier 2018. Les autorités de chaque canton vont assurer la bonne exécution et le suivi de ce dispositif. Celui-ci reconnaît toutefois quelques exceptions définies par le Comité des sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies chargé de surveiller l’application des résolutions onusiennes visant Pyongyang. C’est le cas pour les entités à but non lucratif ou les infrastructures publiques à caractère non commercial. Elles devraient déposer une dérogation aux autorités compétentes.

On peut deviner qui sera le plus durement frappé par cette mesure punitive. Il s’agira des restaurants tenus exclusivement par la Corée du Nord ou bien conjointement avec la Chine. Pékin avait déjà décidé de limiter la prolongation de visas pour les travailleurs nord-coréens résidant dans leur pays. L’ordre de fermeture en a rajouté une couche. Il revient finalement à interdire de facto toute restauration par les entités ou ressortissants nord-coréens sur le sol chinois.

La Chine aurait entamé une telle démarche en réaction au « boycott secondaire » brandi pas les Etats-Unis. Washington avait fait savoir sa décision de bloquer tout accès au réseau financier de son pays à l’égard des établissements bancaires de pays tiers qui commercent avec la Corée du Nord, en inscrivant dans la foulée une dizaine de banques nord-coréennes sur la liste noire des entités à sanctionner. Le boycott secondaire américain viserait notamment la Chine et la Russie dans le but de couper toute source financière au régime de Kim Jong-un. Pékin n’y était pas insensible parce qu’il avait annoncé le 23 septembre les mesures de sanctions dans le respect de la dernière résolution onusienne. En font partie la limitation de ses exportations de certains produits pétroliers vers son allié traditionnel et la suspension de ses importations de textile nord-coréen. Il reste à savoir si une telle coopération pourra durer et dans quelle mesure. Il faudra attendre la visite à Pékin du secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson aujourd’hui et celle du président Donald Trump prévue en novembre.

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Liste
  • Top
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next
Internet Radio On-Air Window to KBS WORLD Radio Window to KOREA
Parlons Coréen (Mobile)
La Corée du Nord à la loupe
Autres services
KBS World Radio On-Air
  • KBS World Radio On-Air
  • L’application On-Air est spécialement conçue pour accéder rapidement et simplement aux services audio des programmes...

<

2 / 4

>