Le secteur tertiaire au cœur des négociations sur la révision de l’ALE Corée du Sud-Chine

Publié le: 2017-11-28

Title

La Corée du Sud et la Chine vont bientôt amorcer le deuxième round des négociations sur leur accord de libre-échange (ALE). Selon une source diplomatique à Pékin, les deux pays rendront publics leurs résultats à l’occasion de leur prochain sommet bilatéral, prévu le mois prochain. Séoul et Pékin célébreront le 20 décembre prochain les deux ans de l’entrée en vigueur du traité commercial. Celui-ci prévoit, théoriquement, la tenue de discussions supplémentaires sur les secteurs des services et des investissements avant cette date, mais elles étaient jusqu’à présent en suspens. La partie chinoise se montrait peu disposée à les engager.

L’ALE actuellement en vigueur consiste notamment à lever les droits de douane dans l’industrie manufacturière. Le secteur tertiaire, les investissements et les finances en sont pratiquement exclus. C’est donc l’ouverture de ces marchés qui sera au cœur des prochaines discussions. Si l’accord bilatéral actuel ouvre le marché chinois aux concurrents sud-coréens dans 90 secteurs des services sur un total de 155, la libération complète ne concerne que six d’entre eux, dont le traitement de l’information et le partage des données financières. Les 84 autres sont partiellement libéralisés, et 65 domaines restent verrouillés, tels que la sécurité militaire, les services hospitaliers et de soins ainsi que la recherche et développement. Le pays du Matin clair mise donc sur le deuxième cycle des négociations, dont le succès bénéficierait à la fois au secteur de la distribution et à la « hallyu », ou vague culturelle coréenne, plongés tous deux dans le marasme suite aux mesures de représailles de l’empire du Milieu qui s’opposait à l’installation du bouclier de défense antimissile américain (THAAD) dans la péninsule.

Le gouvernement de Séoul veut aller encore plus loin. Il s’attend aussi à avoir un accès plus ouvert à certains marchés : la juridiction, le tourisme, la finance et la santé, entre autres. A l’heure actuelle, le traité signé par les deux partenaires se base sur une « fermeture par défaut » dans le secteur des services et les investissements : le libre-échange est interdit en principe, sauf pour les domaines stipulés dans le texte. Mais l’exécutif sud-coréen souhaite à cette occasion basculer vers une « ouverture par défaut ». Et pour cause : la 2e puissance économique mondiale tend à passer de l’achat de produits manufacturés à la consommation de services, ce qui a amplifié sa demande intérieure. En 2015, son secteur tertiaire représentait 752,9 milliards de dollars. Le seuil des 1 000 milliards de dollars devrait même être franchi à l’horizon 2020, pour représenter un dixième du marché mondial.

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Liste
  • Top
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next
Internet Radio On-Air Window to KBS WORLD Radio Window to KOREA
Parlons Coréen (Mobile)
La Corée du Nord à la loupe
Autres services
KBS World Radio On-Air
  • KBS World Radio On-Air
  • L’application On-Air est spécialement conçue pour accéder rapidement et simplement aux services audio des programmes...

<

2 / 4

>