Début de l’enquête sur le plan de proclamation de la loi martiale en 2016

Publié le: 2018-07-16

Title

L’examen du document montrant que l’instauration de la loi martiale était envisagée lors de la procédure de destitution de l’ex-chef d’Etat Park Geun-hye a débuté. Dans ce cadre, une trentaine d’enquêteurs issus de la Marine et de l’armée de l’air ont été mobilisés en deux équipes. L’unité 2 analysera le dossier lié à la loi martiale, et l’unité 1 sera chargée d’enquêter sur les soupçons selon lesquels les familles des victimes du naufrage du ferry Sewol étaient sous surveillance. Cette enquête spéciale a été lancée suite à l’ordre spécial du président Moon Jae-in d’assurer une investigation indépendante. Les activités peuvent être menées durant un mois, c’est-à-dire jusqu’au 10 août. Sa durée peut être prolongée en cas de besoin.

Rédigé en mars 2017 par le Commandement de la sécurité de défense (DSC), ce fameux document montre qu’un décret pour envoyer des troupes dans le but de réprimer les manifestations menées contre la présidente d’alors a été envisagé, avant de déclarer la loi martiale en cas d’aggravation de la situation. Il contient également des informations liées aux équipements alloués aux soldats et au nombre d’effectifs militaires à déployer, entres autres.

Au cœur du scandale se trouve Jo Hyeon-cheon, à la tête du DSC à l’époque. L’enquête vise ensuite l’ancien ministre de la Défense Han Min-koo et le conseiller présidentiel à la sécurité Kim Kwan-jin, qui ont reçu ce rapport pour la première fois en mars 2017. L’actuel ministre de la Défense Song Young-moo, qui n’a pris aucune mesure durant quatre mois après avoir découvert l’existence de ce texte en mars dernier, est également sur la sellette. Les autorités militaires avaient initialement déclaré que le plan ainsi dévoilé n’était pas de nature à déclencher une enquête, citant l’opinion d’un expert externe des principes législatifs. Il s’agit de Choi Jae-hyung, président du BAI, la Cour des comptes. Si ce dernier a bien confirmé avoir été consulté par Song Young-moo, il ne considère pas pour autant cela comme un examen juridique, car il ne disposait alors d’aucun document ni d’aucune explication précise. Face à ces propos, le ministère de la Défense a reconnu son erreur d’avoir employé le terme « examen juridique » pour désigner le simple recueil d’un avis.

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Liste
  • Top
prev  prev  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 next
Internet Radio On-Air Window to KBS WORLD Radio Window to KOREA
Sommet intercoréen 2018
La Corée du Nord à la loupe
청취자 만족도 조사 결과 -F
Parlons Coréen (Mobile)
Autres services
RSS Service
  • RSS Service
  • Grâce à ce service, les visiteurs du site Internet de KBS World Radio ont accès très facilement aux dernières...

<

3 / 4

>