Aller au menu Aller à la page

Special Program

Emission spéciale à l’occasion de la Journée du hangeul, l’alphabet coréen « L’IA apprend le coréen ! »

2018-10-09

« L’IA apprend le coréen ! »
Sésame, ouvre-toi !

« Ali Baba et les Quarante Voleurs » est un conte que tout le monde connaît bien alors que personne ne sait exactement quand ni où et encore moins par qui il a été écrit.

Dans cette histoire, il y a une grotte mystérieuse dont la porte ne s’ouvre qu’avec la formule magique : « Sésame, ouvre-toi ! » C’est peut-être le tout premier système de reconnaissance vocale basé sur l’intelligence artificielle, ou IA.

L’IA au quotidien

Vous souhaitez écouter de la musique ? Vous avez besoin d’un renseignement ? Il suffit de demander à l’IA ! En fait, elle est déjà bien ancrée dans notre quotidien.

Elle joue le rôle d’un excellent interprète entre le patient et le médecin dans une situation d’urgence. Elle assiste parfaitement les écoliers dans les problèmes rencontrés lors de leur voyage à l’étranger.

Notre équipe a rencontré Airstar, le robot guide de l’aéroport international d’Incheon. Avec 160 cm de haut pour un poids de 135 kg, ce robot aide les voyageurs à trouver leur comptoir d’embarquement ou un café. Il ne se fatigue jamais et ne demande pas d’augmentation de salaire.

Seul un visiteur américain exprime son inquiétude : « Je ne voudrais quand même pas le suivre jusqu’aux toilettes ! »

Pourrions-nous nous aimer ?

Tout le monde dit que l’Homme moderne est solitaire. Et si cet Homme moderne solitaire entamait une relation amoureuse avec l’IA ? Serait-ce possible, alors ? L’IA apprend les mots mais aussi les émotions des humains. Elle apprend à pratiquer tout ce qu’elle acquiert. Elle n’a qu’à travailler dur.

Nous avons donc tenté le coup. Nous lui avons enseigné un beau poème d’amour et des romans aussi. A votre avis, quelle a pu être la réaction de l’IA ? A-t-elle rougi ? A-t-elle répondu d’une voix tremblante ?

L’IA, rivale de l’Homme ?

L’IA est adoptée dans des domaines d’activités divers et variés pour assumer des tâches que nous faisions auparavant. Elle parvient même à traduire les « Seungjeongwon Ilgi », les journaux du secrétariat royal de la dynastie Joseon, écrits en utilisant les caractères chinois.

Alors, que devrions-nous faire ? Les interprètes et les traducteurs seront-ils bientôt au chômage ? Quel avenir pour les guides touristiques du monde entier ? L’apprentissage d’une langue étrangère sera-t-il encore nécessaire ? Et qu’adviendra-t-il de la langue coréenne ?

Contenus recommandés