Aller au menu Aller à la page

Programmes spéciaux

4. Lancement d’une fusée à longue portée en Corée du Nord

2012-12-31

4. Lancement d’une fusée à longue portée en Corée du Nord
En dépit de la pression de la communauté internationale, la Corée du Nord a tiré le 12 décembre sa fusée à longue portée ; une opération que son voisin du Sud considère comme un nouvel essai balistique. Du coup, Séoul a vivement condamné ce lancement, puis appelé le régime communiste à utiliser le budget colossal de son développement balistique pour améliorer les conditions de vie de sa population.

Les autorités militaires sud-coréennes ont annoncé que le pays communiste avait tiré l’engin le 12 décembre vers 9h51 depuis son centre de lancement de Sohae, situé dans la province de Pyongan du Nord au nord-ouest de son territoire et que le destroyer sud-coréen baptisé « le roi Sejong le Grand » et équipé du système Aegis avait détecté le tir. Elles considèrent aussi que la fusée a été lancée avec succès.

Il s’agit de son quatrième lancement d’une fusée de ce type. Le pays communiste avait annoncé avoir procédé à deux lancements en 1998 et 2009 et réussi chaque fois à mettre en orbite le satellite comme prévu. Mais en fait, ces deux tirs avaient été jugés comme étant un échec.

Il avait également raté sa troisième tentative le 13 avril. Il avait alors tiré la fusée « Unha- 3 » pour placer en orbite le satellite « Kwangmyongsong-3 ».

Et avant de procéder à son quatrième lancement le 12 décembre, tout le monde croyait que Pyongyang allait repousser l’opération à la fin du mois, en prolongeant la période au cours de laquelle il pourrait tirer l’engin. Il a finalement pris de court la communauté internationale, en procédant au tir le 12. Cela a également remis en cause les capacités de renseignement du Sud par rapport à son voisin du Nord.

Le gouvernement sud-coréen a fermement condamné le tir dans un communiqué publié par son ministre des Affaires étrangères, en affirmant qu’il s’agissait d’une violation des résolutions du Conseil de sécurité et qu’il menaçait la paix dans la péninsule comme dans le monde.

Contenus recommandés