Aller au menu Aller à la page

Le prochain sommet intercoréen aura lieu du 18 au 20 septembre à Pyongyang

#Gros plan sur l'actualité l 2018-09-09

Journal

ⓒ YONHAP News

Les deux Corées tiendront le troisième sommet entre leurs dirigeants Moon Jae-in et Kim Jong-un du 18 au 20 septembre à Pyongyang. C'est ce qu'a annoncé jeudi le conseiller à la sécurité nationale de la Cheongwadae, au lendemain de sa visite dans la capitale nord-coréenne. Chung Eui-yong a fait savoir que sa délégation avait discuté avec le Nord des mesures pour développer les relations intercoréennes, réaliser la dénucléarisation et instaurer la paix dans la péninsule.


Les émissaires spéciaux de Séoul se sont rendus à Pyongyang mercredi 5 septembre, pour une visite qui a duré près de 12 heures. Au cours de ce déplacement, ils ont rencontré le leader nord-coréen Kim Jong-un et plusieurs autres hauts responsables du régime pour discuter des questions d'intérêt commun.


Lors d'un point de presse organisé le lendemain de son retour, Chung a fait savoir que les deux Corées organiseront des discussions de travail de haut niveau pour fixer l'ordre du jour de la prochaine rencontre entre Moon et Kim et pour préparer le protocole, la sécurité, la communication et la couverture médiatique de l'événement. Selon lui, le troisième sommet intercoréen entre les deux dirigeants actuels sera consacré à faire le point sur les avancées dans la mise en œuvre de la déclaration de Panmunjom, adoptée à l'issue de leur première rencontre en avril dernier, et à discuter des mesures pour réaliser la dénucléarisation de la péninsule, instaurer une paix permanente et promouvoir une prospérité commune. L’envoyé spécial du chef de l’Etat a aussi indiqué que Kim Jong-un avait réitéré son engagement ferme en faveur de la dénucléarisation complète de la péninsule et exprimé sa volonté de coopérer étroitement dans ce sens, aussi bien avec Washington que Séoul.


S'agissant des relations intercoréennes, Séoul et Pyongyang poursuivront leur dialogue visant à apaiser les tensions militaires et chercheront, à l'occasion de ce sommet, à trouver un accord sur les mesures pour construire une confiance mutuelle et éviter les confrontations militaires. Les deux Corées ont aussi convenu d'ouvrir un bureau de liaison au Nord avant la tenue du prochain sommet.


Selon le chef de la délégation sud-coréenne, Kim Jong-un a affiché sa confiance vis-à-vis du président américain Donald Trump et exprimé son souhait d’accomplir la dénucléarisation de la péninsule avant la fin du mandat de ce dernier. Kim III a souligné que la question de la déclaration de la fin de la guerre de Corée n'était aucunement liée à celle du retrait des forces américaines du Sud. Il a espéré que les mesures préemptives prises par Pyongyang pour la dénucléarisation, telles que la fermeture de son site d'essais nucléaires de Punggye-ri, seront reconnues par les Etats-Unis et la communauté internationale. Le leader du royaume ermite a promis de prendre des mesures plus actives pour dénucléariser la péninsule si Washington engage lui aussi des mesures à la hauteur des efforts de Pyongyang.


La visite des émissaires spéciaux sud-coréens au Nord est intervenue au moment où le processus de dénucléarisation et d'établissement de la paix dans la péninsule piétine. L'accord trouvé par les deux Corées sur le calendrier et les principaux points à l'ordre du jour du prochain sommet constitue au moins un pas en avant pour remettre le processus sur les rails. Actuellement, les négociations américano-nord-coréennes sont dans l'impasse. Washington exige que Pyongyang prenne d’abord des mesures concrètes pour la dénucléarisation, alors que le régime communiste réclame préalablement une déclaration mettant fin à la guerre de Corée. Tout cela est dû à un manque de confiance mutuelle. 


Certains experts prévoient que les Etats-Unis pourraient accepter de déclarer la fin de la guerre si le Nord présente au moins ses engagements concrets pour la dénucléarisation avec un calendrier précis. Dans cette démarche, le président sud-coréen pourrait jouer un important rôle de médiateur entre la Corée du Nord, les Etats-Unis, mais aussi la Chine et les autres pays concernés.

Contenus recommandés