Aller au menu Aller à la page

Le nombre de chômeurs au plus haut depuis la crise financière de 1997

#Info plus l 2018-09-12

Journal

ⓒKBS News

Le nombre de chômeurs a atteint son plus haut niveau depuis la crise financière asiatique à la fin des années 1990. Le marché de l’emploi traverse une période très difficile. En Corée du Sud, en août, le nombre de nouveaux employés est resté inférieur à 10 000, comme c’était le cas pour le mois de juillet. Quant à celui des chômeurs, il a atteint un niveau record comparable à la période de crise qui a frappé la Corée du Sud en 1997. Les raisons sont multiples. Selon les documents publiés par le ministère des Finances et le ministère de l’Emploi et du Travail, la crise de l’emploi peut s’expliquer par la mauvaise performance de l’industrie manufacturière et la diminution du nombre d’actifs. L’Institut national des statistiques (Kostat) a également pointé du doigt la mauvaise conjoncture de l’économie et la baisse du nombre d’emplois créés dans les entreprises. D’après le Kostat, on ne peut pas attribuer la crise de l’emploi à la diminution de la population active.


Les indices globaux du marché du travail sont mauvais. Mais lorsqu’on regarde les détails, la situation est plus préoccupante. Le plus inquiétant, c’est la chute du nombre d’employés chez les trentenaires et les quarantenaires. Car ces derniers sont censés mener une vie économique très active en tant que chef de famille. Le taux de chômage des jeunes a atteint un pic depuis la crise financière de 1997. Ce résultat est sans doute lié à la hausse du salaire minimum. Le nombre d’emplois a fortement diminué dans les domaines de la restauration et du commerce de détail comme de gros. Toujours selon le Kostat, les jeunes âgés de moins de 30 ans cherchent à travailler dans ces domaines, mais ces derniers n’arrivent pas à leur fournir suffisamment d’emplois. La diminution du nombre de nouveaux employés est plutôt attribuable aux mauvaises performances des secteurs de la construction navale et de l’automobile, qui sont de gros pourvoyeurs d’emplois. Un autre élément, c’est la réduction des investissements des entreprises.


Il y a tout de même un secteur où le nombre d’employés a augmenté : le secteur public. Nous constatons une hausse du nombre d’employés chez les plus de 60 ans et du nombre de fonctionnaires qui travaillent par exemple dans les services sociaux. Cela montre que le secteur privé s’est beaucoup atrophié et que la création d’emplois compte principalement sur les investissements publics du gouvernement. Résultat, ce dernier aura du mal à atteindre son objectif de créer 180 000 emplois cette année.

Contenus recommandés