Aller au menu Aller à la page

2006 : le « Monument de la victoire de Pukkwan » est rendu à la Corée du Nord

#Moments forts vers la réunification l 2018-10-11

Trait d’union

ⓒ KBS News

Selon certaines estimations, quelques 17 000 reliques culturelles coréennes ont été dérobées et envoyées à l’étranger au cours des guerres, invasions étrangères, pillages, et occupations qui ont marquées au fer rouge l’histoire de la Corée. Parmi ces reliques d’une valeur inestimable se trouve une grande stèle en pierre, appelée « Monument de la victoire de Pukkwan », qui a été volée par les troupes du Japon lors de la guerre russo-japonaise de 1905. Un siècle plus tard, les deux Corées ont travaillé ensemble pour réussir à obtenir la restitution de cet objet. 


« Le Monument de la victoire de Pukkwan a été érigé en 1709, lors de la 33e année du règne du roi Sukjong, à Kilju, dans la province de Hamgyong du Nord, dans l’actuelle Corée du Nord. Cette stèle célébrait la victoire des troupes du général Jeong Mun-bu contre les envahisseurs japonais, lors de la guerre Imjin. Elle mesure 187 cm de haut et 66 cm de large. Pendant la guerre russo-japonaise de 1905, un major de l’armée japonaise basé dans la région a dérobé le monument, qu’il a pris comme trophée de guerre. Au Japon, un rocher d’une tonne a été posé devant la stèle ; selon des croyances superstitieuses, le but était de briser l’esprit de résistance des troupes coréennes. Cette relique a ensuite été laissée dans le sanctuaire Yasukuni de Tokyo, où elle était négligée... jusqu’en octobre 2005, quand elle a enfin été rapatriée en Corée du Sud, grâce à des efforts conjoints du gouvernement et d’associations - et aussi grâce à la coopération de la Corée du Nord. En mai 2006, la stèle retournait sur son site d’origine, à Kilju, au Nord », raconte Park Geun-mok, qui à l’époque était à la tête du réseau associatif dédié au rapatriement de cette stèle. Il nous raconte cette coopération extraordinaire.

Contenus recommandés