Aller au menu Aller à la page

Les « sanctions du 24 mai » visant Pyongyang pourront-elles être levées ?

#Info plus l 2018-10-11

Journal

ⓒYONHAP News

Hier, le président Donald Trump a déclaré que le gouvernement sud-coréen ne retirerait pas ses sanctions contre Pyongyang sans l’approbation américaine. Il s’agit des sanctions dites du 24 mai mises en place par Séoul en 2010. Elles ont été imposées par l’ancienne administration Lee Myung-bak en représailles au torpillage de la corvette Cheonan, perpétré par la Corée du Nord le 26 mars 2010. Au moment du naufrage, 104 militaires étaient à bord, dont 46 ont été tués. Un marin et neuf pêcheurs ont également péri au cours de l’opération de sauvetage. Au moment de l’accident, le navire a été coupé en deux avec un immense bruit d’explosion. Plus tard, une équipe constituée d’experts sud-coréens et étrangers ont conclu à une attaque d’un sous-marin nord-coréen.


On peut facilement imaginer que les sanctions imposées deux mois plus tard étaient très musclées. En effet, le gouvernement conservateur de l’époque a annoncé l’arrêt des échanges commerciaux intercoréens ainsi que l’interdiction de nouveaux investissement dans le pays communiste. Les projets de coopération pour le développement ainsi que les aides humanitaires ont eux aussi été suspendus. Bien qu’assouplies au fil des ans, les axes principaux des sanctions, tels que l’interruption du commerce et la prohibition des investissements restent toujours en vigueur.


Cependant, dans le contexte actuel de détente entre les deux Corées, ces mesures drastiques devraient gêner l’élargissement de la coopération et des échanges intercoréens. Mais même s’il s’agit de dispositifs pris unilatéralement par Séoul, il est difficile pour lui de les lever comme une grande partie de ces mesures se recoupent désormais avec les sanctions internationales, notamment celles du Conseil de sécurité de l’Onu. Ainsi, le retrait des sanctions du 24 mai pourrait déclencher une boule de neige en desserrant l’étau de la communauté internationale contre le régime de Kim Jong-un. Or, les Etats-Unis entendent maintenir les sanctions internationales jusqu’à ce que le processus de dénucléarisation aboutisse à des progrès significatifs. C’est pour cela que la levée des sanctions en question est un sujet aussi complexe, qui devrait prendre en compte l’avancement des pourparlers entre les acteurs principaux sur ce dossier sensible.

Contenus recommandés