Aller au menu Aller à la page

Gangjeong, bastion de la résistance à la base navale de Jeju

#Info plus l 2018-10-12

Journal

ⓒKBS News

Hier, le président de la République a participé à la revue internationale de la flotte organisée au large de l’île de Jeju. A l’occasion, Moon Jae-in a rencontré les habitants de Gangjeong. Il leur a promis d’envisager de gracier les riverains condamnés par la Justice pour leur implication dans des manifestations violentes contre la construction d’une base navale dans leur village. Le village de Gangjeong a été tourmenté par les conflits liés à ce projet de construction controversée. La base navale de Jeju a été développée comme un port mixte, à savoir civil et militaire, qui s'inscrit dans une double visée. La Marine avait initialement un projet de grande envergure. Il s’agissait de construire à Jeju un port qui servirait à la fois de quai militaire et de terminal de croisière touristique en 2014. Le nouveau port maritime devait accueillir une vingtaine de navires de guerre et deux croisières civiles en même temps. Au début, les habitants de Gangjeong ont approuvé la candidature de leur village pour porter ce projet lors d’une assemblée ad hoc. Or, ils sont revenus sur leur décision après que leur village a été désigné comme un candidat privilégié. Le conflit a aussitôt éclaté. Et il n’a cessé de prendre de l’ampleur, d’abord sur toute l’île méridionale, et ensuite dans l’ensemble du pays du fait que certaines formations politiques et associations civiles ont pris part à cette polémique.


Les partisans de ce projet ont fait valoir la nécessité de construire cette base navale au nom de la sécurité nationale. L’île de Jeju est éloignée du territoire continental de la Corée du Sud, et proche des deux pays voisins, à savoir la Chine et le Japon. Et elle est directement exposée à l’océan. Or, elle ne disposait pas de base militaire et d’installations de défense à la hauteur de son enjeu stratégique. La base navale de Jeju pourrait combler ce point faible et devenir une tête de pont de sorte que la Marine sud-coréenne puisse assurer son expansion vers l’océan. L’argument économique a été également évoqué. Le nouveau port mixte devrait attirer plus de touristes et stimuler le développement régional de l’arrière-pays de cette installation portuaire. Quant aux opposants, ils ont mis en avant la paix et la protection de l’environnement. D’une part, ils ont avancé que la présence d’une base militaire porterait atteinte à la réputation de Jeju, surnommée « l’île de la paix ». En outre, ils ont souligné qu’elle exacerberait l’angoisse sécuritaire en irritant Pékin. D’autre part, ils ont exprimé leur grande préoccupation sur l’écologie en évoquant le risque de destruction de lieux d’habitation d’animaux sauvages en voie de disparition et des biosphères à préserver impérativement. Par ailleurs, certains ont avancé une rumeur non vérifiée selon laquelle la nouvelle base navale serait occupée par l’armée américaine.


Le chantier de construction a avancé malgré de violentes manifestations, l’intervention des forces de l’ordre et la bataille judiciaire. Les travaux de la première phase se sont achevés en novembre 2015, et la base navale a finalement vu le jour avec la création de la troupe au front de bataille de Jeju par la Marine. Toutefois, le conflit n’est pas encore totalement réglé. C’est pourquoi le chef de l’Etat a évoqué la possibilité d’une grâce présidentielle.

Contenus recommandés