Aller au menu Aller à la page

Début des débats parlementaires sur le projet de budget 2019

#Info plus l 2018-11-05

Journal

ⓒYONHAP News

Les discussions autour du projet de budget 2019 ont commencé aujourd’hui à l’Assemblée nationale. Le gouvernement a proposé un budget de 470 005 milliards de wons, soit environ 370 milliards d’euros. C’est une hausse de 9,7 % par rapport à celui de cette année. Il s’agit d’un accroissement jamais atteint depuis 2009, lorsque le budget a été augmenté de 10,6 % afin de répondre à la crise financière mondiale. Le débat s’annonce houleux en raison de l’opposition des deux camps. Alors que le parti au pouvoir souhaite faire passer la proposition de l’exécutif, l’opposition tente d’en réduire drastiquement le montant.


Les budgets liés à la promotion de l’emploi et à la coopération intercoréenne sont au cœur du débat. Tout d’abord, concernant l’emploi, l’exécutif entend allouer 23 500 milliards de wons, soit 18 milliards d’euros, un niveau sans précédent. Pour le Minjoo, cette somme est indispensable pour doper le marché du travail qui s’essouffle, et favoriser l’innovation. Il est hors de question de réduire ce budget destiné à améliorer le quotidien de la population. Pourtant, les formations d’opposition, dont le Parti Liberté Corée (PLC), s’y montrent très réticents. Elles prétendent que ce niveau de budget nécessite forcément un alourdissement des impôts. Selon ces députés, le gouvernement entend verser une immense enveloppe pour des dispositifs dont les effets ne sont pas garantis, dans le seul but de plaire à l’opinion publique. Ils estiment que l’exécutif a l’intention de créer des emplois provisoires pour manipuler les statistiques. Le PLC exige à la place une augmentation du budget alloué au développement des infrastructures susceptible de créer des emplois permanents.


Le budget relatif à la coopération des deux Corées fait aussi polémique. D’après la proposition budgétaire, 1 100 milliards de wons y seront consacrés. Malgré ce montant plutôt modéré, les deux camps n’ont pas encore trouvé de point d’entente pour la ratification de la déclaration de Panmunjom, signée à l’issue de la première rencontre entre le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Alors que le Minjoo parle d’un « budget pour la paix », indispensable au rapprochement intercoréen, le principal parti d’opposition a adopté une position ferme. Il veut passer au crible le projet pour vérifier si son utilisation ne viole pas les sanctions infligées à l’encontre de Pyongyang.


D’autres enjeux sont au cœur des discussions. Il s’agit de la ratification de la déclaration commune de Pyongyang et de la charge financière en ce sens. Les législateurs vont également discuter des dossiers tels que la mise en place d’une équipe juridique spéciale chargée des abus des pouvoirs publics sous l’administration de l’ancienne présidente Park Geun-hye, et de l’enquête parlementaire sur l’abus de pouvoir lié aux embauches dans les entreprises publiques.

Contenus recommandés