Aller au menu Aller à la page


Si le haegeum est de nos jours l’un des instruments coréens les plus populaires, il était jadis utilisé souvent par les mendiants. Ils auraient imité le bruit des moustiques ou des disputes d’un vieux couple pour attirer l’attention des passants et leur demander l’aumône. A l’époque où cette vièle à deux cordes n’était pas considérée comme l’instrument idéal pour jouer de la musique des nobles, il y avait un virtuose du nom de Yu Wu-chun. Les mélomanes de tout le pays se ruaient dans la capitale de la dynastie Joseon pour écouter la performance de ce musicien de cour. 


Un jour, un jeune noble qui jouait du haegeum pour le plaisir lui a demandé comment il devrait réagir face à ses amis qui le méprisaient d’avoir aimé cet instrument humble. Yu a répondu ainsi :

« Je suis parvenu à un haut degré de perfection après trois ans d’exercice persévérant : le bout de mes doigts était couvert de callosités dures. Même si mes performances se sont améliorées, mon salaire n’a pas augmenté et les gens ne m’ont toujours pas reconnu. Mais un mendiant, qui ne pratiquait l’instrument que depuis quelques mois, attire la foule et gagne chaque jour un sac de céréales et une poignée de monnaies. C’est parce que nombreux sont ceux qui aiment son jeu. »

Sa réponse ironique reflète la réalité des artistes de cette époque-là.     


Yu Wu-chun a également dit que les gens venaient de partout pour le voir jouer à cause de sa renommée et non pas parce qu’ils comprenaient et appréciaient vraiment sa musique. C’est ainsi qu’il se moquait des érudits confucéens qui prétendaient être des passionnés de musique. 


Si les mendiants préféraient le haegeum aux autres instruments à cordes, c’est qu’il était facile à transporter grâce à la petite taille et au poids léger de cette vièle à deux cordes. Un archet dont le crin est coincé entre les cordes de fils en soie tendues au-dessus du manche est utilisé pour les frotter. Puisque le son varie en fonction de la position de la main gauche qui tire les cordes, il peut exprimer un large éventail de mélodies. Le haegeum est souvent comparé à des instruments à cordes occidentaux tels que le violon ou la viole puisqu’il se joue avec un archet frottant les cordes, à la différence des cithares traditionnelles, notamment le geomungo et le gayageum. 


[Liste des mélodies de cette semaine]

1. Le premier et le deuxième mouvement de « Sangryeongsan » interprétés au haegeum par Yang Gyeong-suk 

2. Le mouvement « Jungjungmori » du sanjo de haegeum composé par Ji Yeong-hee et interprété au haegeum par Lee Dong-hun 

3. « Le vide » interprétée au haegeum par Jeong Soo-nyun    

Contenus recommandés