Aller au menu Aller à la page

Moon Jae-in remplace ses principaux conseillers

#Gros plan sur l'actualité l 2019-01-13

Journal

ⓒKBS News

Le président sud-coréen a procédé mardi au remplacement de ses principaux conseillers. Moon Jae-in a choisi l'ambassadeur en Chine Noh Young-min pour prendre la relève d’Im Jong-seok au poste de secrétaire général. Il a nommé le député Kang Gi-jung du Minjoo, le parti au pouvoir, au poste de premier secrétaire aux affaires politiques en remplacement de Han Byung-do. Enfin, l'ancien éditorialiste de MBC Yoon Do-han succède à Yoon Young-chan au poste de secrétaire à la communication.


Le nouveau secrétaire général Noh Young-min est connu pour être l’un des confidents intimes du chef de l’Etat. Agé de 61 ans, il a fait ses premiers pas en politique en 1999 et a exercé trois mandats de député entre 2004 et 2016. Durant la campagne présidentielle de 2012, il a été secrétaire général de l'équipe du candidat Moon Jae-in. Lors de la course à la présidence en 2017 également, il a fait partie de son équipe de campagne et a grandement contribué à sa victoire. Noh a été nommé ambassadeur à Pékin en octobre 2017.


Le nouveau conseiller aux affaires politiques Kang Gi-jung compte lui aussi trois mandats de député à son actif. Il fait également partie du cercle des proches collaborateurs du président de la République. Yoon Do-han, nommé au poste de conseiller à la communication, a travaillé pendant 33 ans comme journaliste. Il a été l'un des membres fondateurs du syndicat de la chaîne MBC.


Le lendemain, Moon a encore nommé six nouveaux secrétaires de son équipe. Bok Ki-wang, l'ancien maire de la ville d'Asan, a été appelé pour devenir secrétaire aux affaires politiques. Yoo Song-hwa, actuelle secrétaire de la Première dame, occupera le poste de secrétaire présidentielle en charge des relations publiques.


Ce remaniement est caractérisé par l'arrivée massive de proches de Moon Jae-in. Alors que Yoon Do-han a été choisi pour sa longue expérience dans la communication, Noh Young-min et Kang Gi-jung sont avant tout connus comme des fidèles du président. Ainsi, ce dernier a voulu s'entourer de personnes sur qui il peut compter pour renforcer son contrôle sur les affaires de l'Etat, revitaliser son administration et mener à bien les réformes promises.


En effet, le numéro un sud-coréen subit aujourd’hui une baisse de sa popularité sur fond d’aggravation de la situation économique du pays, avec notamment la dégradation des indicateurs de l'emploi, et de diverses allégations portées contre la présidence. La Cheongwadae est soupçonnée d'avoir collecté de manière illégale des renseignements sur des civils, d’avoir établi une « liste noire » des personnalités considérées comme hostiles au pouvoir, d'être intervenue dans la nomination du patron d'une entreprise privée, ou encore d'avoir poussé le ministère des Finances à émettre des obligations d'Etat pour des raisons politiques. Une situation qui freine le pouvoir dans la mise en œuvre de ses politiques et de ses réformes. Pour le locataire de la Maison bleue, qui entame bientôt la troisième année de son quinquennat, c'est le moment ou jamais de donner un nouvel élan à son mandat. 


D'où ce changement de personnel destiné à créer une équipe encore plus soudée autour de sa personne, afin de produire des résultats concrets sur la base des orientations fixées durant la première partie de son mandat. Suite à l'annonce du remaniement, le Minjoo, le parti au pouvoir, a salué le choix des « personnalités qui incarnent la volonté réformatrice du président », alors que l'opposition a dénoncé des « nominations de copinage anachroniques ».


Maintenant que les principaux conseillers de la Maison bleue ont été remplacés, un remaniement plus large pourrait intervenir dans le gouvernement, d’autant plus que certains responsables envisageraient de quitter leur poste en vue de se présenter aux élections législatives de 2020.

Contenus recommandés