Aller au menu Aller à la page

Les patrons des entreprises de Gaeseong espèrent une levée des sanctions

2019-02-07

Journal

ⓒKBS News

Les hommes d’affaires sud-coréens qui ont délocalisé leur production dans le complexe industriel de Gaeseong, de l’autre côté de la frontière intercoréenne, souhaitent se rendre le mois prochain sur ce site fermé depuis trois ans. Malgré l’arrivée au pouvoir de Moon Jae-in en 2017 et sa politique nord-coréenne plus conciliante, la réouverture du parc n’est pas encore d’actualité. C’est en raison des sanctions internationales contre le pays communiste toujours en vigueur. Pour rappel, ce symbole de la coopération économique des deux Corées a vu le jour en décembre 2004, conformément à l’accord trouvé lors du 1er sommet intercoréen en 2000. L’arrêt de la production dans ce parc a été décidé le 10 février 2016 par la présidente de l’époque Park Geun-hye, en représailles au 4e essai nucléaire effectué par le Nord le mois précédent. Le lendemain, Pyongyang a annoncé, à son tour, sa fermeture pure et simple et l’expulsion de tous les effectifs sud-coréens. Ce qui a scellé la rupture de toutes les relations intercoréennes, qui n’avaient cessé de se refroidir depuis l’arrivé au pouvoir du gouvernement conservateur de Lee Myung-bak en 2008.


Cette mesure draconienne a dû infliger des pertes considérables aux compagnies concernées, d’autant plus qu’elle a été annoncée brusquement, sans leur donner le temps de s’y préparer. A ce moment-là, un total de 124 entreprises étaient installées sur place. Le montant de leur production a dépassé la barre des 50 millions de dollars en 2015, et celui investi par le gouvernement et le privé atteignait près de 1 019 milliards de wons, l’équivalent de 798 millions d’euros. Ces compagnies ont ensuite mis en place un comité d’urgence afin d’œuvrer pour la réouverture du site et réfléchir ensemble aux moyens de leur survie.


Maintenant que le 2e sommet nord-coréano-américain est fixé, le comité s’attend à une levée des sanctions prioritaire et inclusive sur les trois projets emblématiques de la coopération Nord-Sud : le complexe mixte de Gaeseong, donc, mais aussi les excursions aux monts Geumgang et la connexion des routes et des chemins de fer entre les deux Corées. A cet égard, le comité a demandé, à sept reprises depuis trois ans, une visite à Gaeseong afin de faire l’état des lieux de leurs usines, ce qui, selon lui, ne constitue pas une violation aux sanctions internationales en cours. Mais en vain. Dernièrement, 179 patrons ont formulé la même demande, mais le gouvernement a repoussé sa réponse.

Contenus recommandés