Aller au menu Aller à la page

Cinq pays, dont la Corée du Sud, cherchent à standardiser l’e-navigation

#Info plus l 2019-02-08

Journal

ⓒYONHAP News

La Corée du Sud est devenue un des cinq membres fondateurs d’un consortium international pour la plateforme de connectivité maritime (MCP) visant à mettre au point un système de gestion de l’e-navigation. L’e-navigation, ou navigation électronique, est un système de nouvelle génération pour gérer la sécurité maritime. Elle marie les technologies de l’information et de la communication (TIC) avec celles de la conduite de navires. Elle consiste à partager et exploiter en temps réel les informations à bord des bâtiments comme à terre pour améliorer divers services et assurer la sécurité en mer.


Pour mettre en œuvre l’e-navigation, il faut deux éléments clés : les technologies permettant de numériser différentes données, et celles pour échanger les informations en question. A cet effet, les navires doivent se doter des cartes maritimes numérisées, d’un dispositif de géolocalisation et d’un équipement de reconnaissance automatique de la situation. Quant aux services d’appui sur terre, ils doivent s’équiper d’un système de surveillance basé sur le GPS, collecter et partager les données sur la sécurité maritime, fournir un service de « cloud maritime » et apporter un soutien pour un meilleur routage. Les informations sont partagées et communiquées via les technologies de communication ultra-rapide à haut débit. Plus précisément, le LTE à proximité, les ondes de sol dans les zones littorales et côtières, ainsi que le satellite en haute mer.


A ce propos, la standardisation en sera un grand enjeu. Il faudra avant tout harmoniser les modalités d’informatisation et de communication pour échanger les données. C’est à cette fin que la Corée du Sud, la Suède, le Danemark, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont décidé de fonder un « consortium international pour la plateforme de connectivité maritime (MCP) ». A celui-ci participent le ministère sud-coréen des Affaires maritimes et de la Pêche, l’Institut sud-coréen de recherche des navires et de l’ingénierie maritime (KRISO), l’Administration maritime du Danemark, l’université de Copenhague, l’Administration maritime de Suède, l’Institut national des études de Suède (RISE), l’Institut de recherche des télécommunications d’Allemagne (OFFIS) ainsi que l’Association britannique de signalisation maritime. Chacun des cinq pays participants aimeraient faire reconnaître ses propres technologies comme les normes internationales pour conquérir à l’avance le marché.


La Corée du Sud mène depuis 2016 son projet quinquennal pour mettre en place l’« e-navigation de type sud-coréen ». Elle a déjà développé une MCP en coopération avec la Suède et le Danemark entre 2016 et 2018. Ce dispositif a la particularité de prendre en compte le contexte des transports maritimes sud-coréens qui comptent beaucoup de bateaux de pêche et de navires de petite taille. L’« e-navigation de type sud-coréen » entrera en service à partir de 2021. Reste à savoir si la création du nouveau consortium l’aidera à s’imposer comme une norme internationale.

Contenus recommandés