Aller au menu Aller à la page

La Corée du Sud célèbre le 1er anniversaire des JO de PyeongChang

#Gros plan sur l'actualité l 2019-02-10

Journal

ⓒYONHAP News

Il y a tout juste un an, les Jeux olympiques d'hiver de 2018 se tenaient à Pyeongchang, en Corée du Sud. Pour leur premier anniversaire, divers événements se déroulent partout dans le pays du 1er au 20 février : Jeju, Daejeon, Gwangju ou encore Busan.


La compétition internationale s’est déroulée du 9 au 25 février 2018 à Pyeongchang, Gangneung et Jeongseon, dans la province de Gangwon située dans l'est de la péninsule. Au total, 2 920 athlètes de 92 pays y ont participé.


Les organisateurs avaient voulu faire de cette 23e édition des JO d’hiver des « Jeux de la paix ». Et c'est réussi. En effet, jusqu'à fin 2017, soit seulement quelques mois avant l'ouverture de la compétition, les provocations nucléaires de la Corée du Nord avaient accru les tensions dans la péninsule. Certains pays étaient même prêts à renoncer à participer pour des raisons de sécurité. Mais la situation s'est calmée à la suite de la décision de Pyongyang d'envoyer une délégation au Sud. Les deux Corées ont même formé une équipe commune en hockey féminin. Bref, ces JO ont contribué à renforcer l'espoir de paix dans la région.


Le pays hôte a également obtenu de bons résultats sportifs, terminant à la 7e place du classement avec cinq médailles d'or, huit d'argent et quatre de bronze, soit 17 médailles au total contre 14 aux JO d'hiver de 2010 à Vancouver. Six d'entre elles ont été obtenues en short-track, discipline où les sud-Coréens brillent. Mais les récompenses remportées en skeleton, en bobsleigh ou en curling ont aussi permis d'offrir un coup de projecteur sur les disciplines qui, jusque-là, suscitaient peu d'intérêt du public.


Cependant, il y a aussi un revers de la médaille. Le traitement abusif des joueuses de curling ou les violences sexuelles commises par un entraîneur contre la patineuse Shim Suk-hee avant et durant les Jeux ont été révélés plus tard. Enfin, les autorités locales devraient rapidement décider du sort des installations sportives construites à l'occasion de ces JO mais laissées presque à l'abandon aujourd'hui.

Contenus recommandés