Aller au menu Aller à la page

Séoul lancera un nouvel exercice Ulchi Taegeuk fin mai

#Gros plan sur l'actualité l 2019-03-09

Journal

ⓒYONHAP News

La Corée du Sud a décidé d'organiser un nouvel exercice civilo-militaire à la fin du mois de mai. Cet exercice, baptisé Ulchi Taegeuk, est né de la fusion de deux manœuvres existantes : l'exercice de poste de commandement Taegeuk, mené par l'armée sud-coréenne, et Ulchi, organisé par Séoul dans le cadre des manœuvres conjointes avec les Etats-Unis, Ulchi Freedom Guardian (UFG), suspendues l'année dernière.


Le gouvernement a annoncé mercredi que la première édition de Ulchi Taegeuk se déroulera du 27 au 30 mai prochain. Cet exercice aura pour objectif d'améliorer non seulement la capacité de l'armée à mener des opérations de manière autonome contre les agressions armées extérieures, mais également à réagir aux actes terroristes ou aux catastrophes naturelles de grande ampleur.


Ulchi est une manœuvre organisée par la Corée du Sud au niveau national. Elle mobilise quelque 480 000 personnes dans 4 000 institutions gouvernementales et publiques. Son but est d’accroître la capacité de réaction globale du pays aux crises et aux guerres totales. Cet exercice a été créé en 1968, après la tentative d'infiltration d'un commando nord-coréen dans la Maison bleue dans le but d'assassiner le président d’alors, Park Chung-hee.


Quant à Taegeuk, il s’agit d’un exercice de poste de commandement dirigé par l'état-major des armées. Séoul a repris le contrôle opérationnel (Opcon) de ses troupes en temps de paix en 1994. Dès l'année suivante, l'armée a lancé des manœuvres annuelles afin de développer les capacités nécessaires pour assurer ce contrôle. Ces manœuvres ont été baptisées Taegeuk en 2004.


En juillet 2018, l’exécutif a déjà annoncé qu'il suspendait l'exercice Ulchi en tenant compte de l’évolution de la situation sécuritaire et de la décision de Séoul et de Washington d'arrêter leurs exercices militaires conjoints. Il a également fait savoir qu'un nouvel exercice réunissant des civils, des militaires et le gouvernement serait créé. Le 3 mars, les autorités militaires sud-coréenne et américaine ont annoncé qu'elles n'organiseraient plus leurs manœuvres annuelles Key Resolve et Foal Eagle. Ainsi, les trois exercices militaires conjoints sont désormais tous supprimés ou remplacés.


L'exercice Ulchi Freedom Guardian a été créé en 1976 à la suite de la fusion de Focus Lens, mené depuis 1954 par le commandement des forces de l'Onu, et de Ulchi, organisé par la Corée du Sud. Les autorités militaires de Séoul et de Washington prévoient de remplacer l’UFG par un nouvel exercice conjoint, au format réduit, qui aura pour objectif principal de s'assurer de la capacité opérationnelle initiale (IOC) de l'armée sud-coréenne, l'une des conditions requises pour le transfert du contrôle opérationnel en temps de guerre à Séoul.


Ces exercices militaires conjoints entre les deux alliés ont servi jusqu’à ce jour de moyens de dissuasion pour empêcher des conflits dans la péninsule coréenne. Les armements stratégiques des forces américaines, dont des sous-marins nucléaires ou des bombardiers stratégiques, ont été souvent déployés pour ces manœuvres. Ce qui ne manquait pas d'irriter le régime nord-coréen.

Contenus recommandés