Aller au menu Aller à la page

Table des belles-filles

#Saveur du terroir l 2019-09-10

Séoul au jour le jour

ⓒ KBS

Cette semaine, plus précisément le 13 septembre, les Coréens commémorent Chuseok, l’une des plus célèbres fêtes du pays du Matin clair. On se rassemble en famille afin de rendre le culte aux ancêtres en les remerciant pour la bonne récolte de l’année et partager de bons plats. Le soir, on formule des vœux en observant la pleine lune.

A l’occasion de ses retrouvailles familiales, « Saveur du terroir » vous invite cette semaine à découvrir les plats préparés avec amour et soin par les belles-filles pour les beaux-parents. 


ⓒ KBS

Notre première destination est Bambachimaeul, l’un des villages les plus isolés du district de Hongcheon, dans la province de Gangwon située à l’est du pays. Ici vit Mme Park qui depuis sept ans cultive les « deodeok », des racines de codonopsis lanceolata. En effet, cette trentenaire qui s’est installée dans cette région à l’âge de 23 ans en épousant son mari vit avec ses beaux-parents et ses enfants. 

Mme Park considère ses beaux-parents comme ses vrais parents et ces derniers la traitent comme leur vraie fille. On peut d’ailleurs ressentir ces émotions particulières dans les plats qu’ils préparent.

Quand Mme Park a accouché, c’est sa belle-mère qui a pris soin d’elle notamment en lui préparant de bons plats censés aider un rétablissement rapide. Le « mansammiyeokguk », la soupe aux algues marines dans laquelle sont trempés divers ingrédients médicinaux dont les racines comme « mansam (codonopsis pilosula)», était le plat qui renforçait non seulement son corps affaibli mais également son âme. 

En vue de remercier ses beaux-parents pour leur amour infini, Mme Park prépare à son tour un délice particulier, le « manduso ongsimiguk ». Dans un bouillon à base d’os de bœuf, on fait cuire la farce de raviolis faite à base de légumes et de viande, puis on y ajoute de petites boulettes de pomme de terre. Ce plat a été inventé par Mme Park justement pour répondre au goût de son beau-père qui écrase les raviolis du « manduguk » afin d’apprécier les ingrédients de la farce trempés dans le bouillon.


ⓒ KBS

Mme Choi est la belle-fille de tout le village Pangyo-ri à Sacheon-myeon, dans la ville de Gangneung de la province de Gangwon. En effet, il y a sept ans, elle est venue vivre avec sa belle-mère pour prendre soin de cette dernière devenue âgée. Au début, ce n’était pas facile de s’entendre, et elles se disputaient souvent, mais grâce notamment aux plats que préparait Mme Choi, elles sont devenues de bonnes amies.

Ce n’est pas tout. En vue de partager son talent culinaire, elle a décidé d’offrir de bons plats aux personnes âgées du voisinage vivant seules. D’où son surnom de « belle-fille officielle » du village. En se régalant de délicieux plats préparés avec des ingrédients saisonniers, les villageois passent de moments ensemble.


En ce début d’automne, Mme Choi a décidé de préparer un plat particulier : « bakyeonpotang ». Dans un bouillon infusé de poudre de sésame sauvage, on met de la courge bien mûre coupée en morceaux. Une fois qu’elle est bien cuite, on y trempe un poulpe en entier. Cela devient un plat fortifiant au bouillon bien profond. Comme mets d’accompagnement, elle prépare le « jinuarimuchim » que l’on ne peut déguster nulle part ailleurs. On prend l’algue marine rougeâtre puis l’assaisonne à base de ciboule, d’ail écrasé et de pâte de piment rouge. Il s’agit d’un délice permettant de redonner l’appétit. Quant aux « gamja gangnangkong songpyeon » et « gamja musongpyeon », pâte de poudre de pomme de terre farcie respectivement de haricots communs et de navets cuits à la vapeur, ils font sentir l’ambiance de la fête des moissons.


Bonne fête des récoltes à toutes et à tous !

Contenus recommandés