Aller au menu Aller à la page

Pyongyang poursuit son programme balistique et nucléaire tout en bravant les sanctions internationales

#Gros plan sur l'actualité l 2020-02-15

Journal

ⓒYONHAP News

La Corée du Nord fait toujours fi des sanctions de la communauté internationale. Une information rapportée par quelques agences de presse internationales le 10 février dernier. Elles ont cité l’ébauche d’un nouveau rapport annuel finalisé par le groupe d’experts faisant partie du comité de suivi de l’Onu sur les sanctions imposées contre Pyongyang. Cela avant que le document soit officiellement soumis au Conseil de sécurité.


Selon l’agence de presse Reuters, le régime de Kim Jong-un ne cesse de contourner les sanctions onusiennes grâce aux trafics illicites. En effet, pendant les huit premiers mois de 2019, le pays aurait exporté 3,7 millions de tonnes de charbon, pour une valeur de 370 millions de dollars, dont 2,8 millions de tonnes livrées via des transbordements en mer entre navires nord-coréens et chinois. Le charbon aurait été transporté vers trois ports de la baie de Hangzhou, dans la province du Zhejiang, pour être ensuite exporté vers d’autres pays en passant par le Yangzi Jiang, le plus long fleuve d’Asie. Le royaume ermite aurait expédié également vers l’empire du Milieu un million de tonnes de terre et de sable extraits lors de ses travaux de dragage des cours d’eaux, ce qui lui aurait rapporté 22 millions de dollars. D’après l’AFP, la Corée du Nord continuerait à importer des produits de luxe interdits. S’y ajoute ses importations de produits pétroliers raffinés au-delà du plafond fixé par les sanctions onusiennes, à savoir 500 000 barils par an.


Le trafic illicite est d’autant plus inquiétant que Pyongyang s’en sert pour alimenter son programme de développement balistique et nucléaire. Selon le document des Nations unies, elle continue à se faire livrer certains composants et technologies afin de renforcer son infrastructure et sa compétence en la matière.


Selon le comité de suivi des sanctions, le royaume ermite tente aussi d’avoir accès illégalement aux réseaux bancaires en passant par des courtiers tiers, et de pratiquer des cyberattaques de plus en plus sophistiquées contre des agences de crypto-monnaies.


L’AFP a conclu à un échec général des sanctions onusiennes imposées en 2017. Quant à la Chine, elle s’est plainte d’être accusée, selon elle, à tort et elle a demandé au secrétariat des Nations unies d’enquêter sur cette fuite de document. Pékin n’a pas manqué de souligner que les sanctions ne sont qu’un moyen, et pas un but. Le rapport en question sera lu par les membres du Conseil de sécurité et adopté en mars prochain, sauf désaccord.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >