Aller au menu Aller à la page

« Noh Chan-seong et Evan » de Kim Ae-ran

#Lettres coréennes l 2020-07-21

Lettres coréennes

ⓒ Getty Images Bank

Extrait de l’émission : 


Chan-seong est allé déjeuner dans le commerce où sa grand-mère travaillait et a vu un chien laissé attaché à la clôture en métal, à côté des toilettes. Ce soir-là, lorsqu’il est retourné à l’aire de repos pour faire une commission que lui avait confiée sa grand-mère, il a retrouvé l’animal, toujours attaché.

Ce n’était pas la première fois que Chan-seong voyait de tels chiens, des bêtes abandonnées sur le bord de la route au milieu de la nuit, qui couraient désespérément après les voitures. Il savait où les chiens abandonnés sur les aires d’autoroute étaient emmenés. 



Il a fini le coca qui restait dans sa tasse avant de mettre sa main dans le gobelet pour sortir un glaçon.

Le chien blanc a tourné tout autour pour le sentir. Comme s’il avait pris sa décision, il a reniflé ensuite la paume du garçon avant de lécher la glace avec sa langue.  

Soudain, quelque chose de mou, de froid, de tiède, de chatouillant et de doux a effleuré Chan-seong. Une sensation qu’il n’avait jamais ressentie auparavant. 

Il a baissé les yeux sur sa paume. Le glaçon n’était plus là, laissant une légère trace d’eau. A cet instant-là, une marque étrange est apparue dans le cœur de Chan-seong, mais il n’a pas compris ce que c’était.


전에도 찬성은 그런 개를 본 적 있었다.

한밤중 갓길에 버려진 뒤 앞차를 향해 죽어라 달려가던 개들이었다.

찬성은 휴게소에 남겨진 개들이 어디로 가는지 알고 있었다.


찬성이 컵에 남은 콜라를 끝까지 쪽 빨아먹고 손을 집어 넣었다.

흰 개가 찬성 주위를 빙그르르 돌며 찬성의 몸냄새를 맡았다.

그러곤 뭔가 결심한 듯 찬성의 손바닥에 코를 대고 킁킁대다 혀를 내밀어 얼음을 핥았다. 

그 순간 물컹하고, 차갑고, 뜨뜻미지근하고, 간지럽고, 부드러운 뭔가가 찬성을 훑고 지나갔다.

난생 처음 느껴보는 감각이었다.

찬성이 손바닥은 얼음은 사라지고 손에 엷은 물자국만 남아 있었다.

동시에 찬성의 내면에도 묘한 자국이 생겼는데 그게 뭔지 몰랐다.



* Interview : Jeon So-yeong, critique littéraire

La nouvelle n’évoque pas explicitement l’inégalité économique,  l’indifférence, l’égoïsme et la marginalisation qui rendent la vie de Chan-seong et d’Evan si tragique. Pourtant, les lecteurs arrivent à poser des questions en observant le protagoniste marchant le long de l’accotement dangereux de l’autoroute : Pourquoi ce garçon si affectueux doit-il endurer la pauvreté et la solitude ? Pourquoi ce chien si gentil a-t-il été abandonné et pourquoi a-t-il choisi de mourir ? C’est ainsi que nous, les lecteurs, nous rendons compte de la cruauté du monde qui a emporté le bonheur de Chan-seong et d’Evan.     



Les cils humides d’Evan tremblaient légèrement. Chan-seong a regardé attentivement la bouche, les moustaches, le mufle et chacun des sourcils de l’animal.    

« Tu sais quoi, Evan ? J’étais toujours curieux. A quel point faut-il être malade pour que la mort puisse sembler être un soulagement ? Es-tu aussi malade que ça, Evan ? Je suis désolé de ne pas savoir à quel point tu es malade... Si tu n’en peux plus... si tu ne peux plus supporter la douleur... dis-le moi. D’accord ? » a-t-il chuchoté.


에반의 젖은 속눈썹이 미세하게 파들거렸다.

찬성이 에반의 입매, 수염, 콧방울, 눈썹 하나하나를 공들여 바라봤다.


“있잖아, 에반. 나는 늘 궁금했어.

 죽는게 나을 정도로 아픈건 도대체 얼마나 아픈 걸까?....

 에반, 많이 아프니? 내가 잘 몰라서 미안해...

 있잖아, 에반. 만약에 못 참겠으면...

 나중에 너무 힘들면 형한테 꼭 말해. 알았지?” 





Auteur :

Kim Ae-ran est née à Incheon en 1980. Elle fait son entrée dans la littérature en 2002 avec la publication de sa nouvelle « La Porte du silence ».  

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >