Aller au menu Aller à la page

Oh Ji-ho, artiste martial

#Tout un cinéma l 2020-09-09

Séoul au jour le jour

ⓒELRISE

L'acteur Oh Ji-ho est de retour sur les grands écrans avec « The Therapist : Fist of Tae-baek », un film d'arts-martiaux dont le cinéma sud-coréen est très avare. Mais la carrière de l'athlète Oh est déjà bien longue et marquée par quelques apparitions notoires à la télévision ou au cinéma.


* Un provincial en quête de réussite

Oh Ji-oh a, à ses débuts, tout du provincial à la recherche du succès que ce soit dans les affaires ou comme acteur. Originaire de la ville portuaire de Mokpo, qui est aussi la ville de naissance de l’ancien président de la République Kim Dae-jung dans le sud-ouest, Oh attire les « casting managers » par son physique musclé. Il est ainsi plutôt vue comme un sex-symbol de films érotiques notamment de « La Belle » de Yeo Gyun-dong en 2000 où il tiendra le premier rôle en amant sulfureux aux côtés de la belle Lee Ji-hyeon. Mais très vite, trop vite peut-être, la télévision le réclame avec des séries comme « Cool » pour KBS 2 ou la comédie «Super Rookie » pour MBC. Il obtient de gros succès avec « The Slave Hunters », en 2010 pour KBS 2, « A Second Proposal » ou encore « Queen of housewives ».


*Une carrière en dents de scies au cinéma

Au cinéma, la carrière de Oh Ji-oh, très occupé à la télévision, est en dents de scie. Il faut dire que la production de films érotiques ou d'arts-martiaux n'est plus trop à la mode. Internet abreuve sans compter les aficionados sud-coréens depuis le milieu des années 2000. Mais c'est comme artiste martial que Oh revient en 2006 sur le grand écran avec la comédie d'action « My Wife is a Gangster 3 ». Il y côtoie les stars chinoises Shu Qi et l'énorme star du genre Ti Lung. Le succès mitigé du film ne va pas lui permettre de quitter le petit écran où il enchaîne les feuilletons comme par exemple « Queen of The Office » avec l'actrice Kim Hye-soo en 2013. En 2012, il est au casting de ce qui se présentait comme un blockbuster d'action avec Ha Ji-won et Ahn Sung-ki. Hélas, encore une fois, le succès n'est pas au rendez-vous. L'année suivante, il joue dans une comédie en costumes « The Grand Heist » : cette fois, c'est le jackpot. Délaissant son personnage du musclé sexy de ses débuts, il parvient, donc, grâce à ses rôles télévisés, à se faire une place dans la comédie. Il faut noter qu'il intervient souvent dans les « reality show ». Son plus gros succès est « The Return of Superman » où il apparaît avec sa fille en 2016.


*Les arts martiaux

En 2007, l'acteur est impliqué dans le suicide de sa petite amis de l'époque. Il venait de rompre, mais la presse sensationnaliste se charge de le mettre en avant dans le drame. A partir des années 2010, à la télévision, Oh est plutôt dans les romances comiques comme « My Little Baby » où il tient le premier rôle en 2016, ou des seconds rôles comme dans « My Fair Lady » et « Should We Kiss ». Les personnages de la télé étant souvent des moules pour ceux du cinéma, on retrouve donc Oh, après presque trois ans d'absence sur le grand écran dans « Love Clinic ». Cette comédie romantique signée Kim Aaron est un flop retentissant. Il est certain que son personnage de gynécologue est assez loin de ses talents d'artiste martial. Du coup, Oh tente de redresser la barre en jouant dans « Duel : Final round » de Lee Joo-seung en 2016. Finalement, un vrai film d'arts martiaux. Calqué sur le célèbre « Drunken Master » avec Jackie Chan, le film ne trouve pas son public. Il est vrai qu'il n'est pas aisé de trouver l’équilibre, comme ont pu le faire certains films de Jackie Chan, entre comédie et performances d'artistes martiaux. Il est aussi vrai, et c'est le drame de Oh Ji-oh, que le public sud-coréen, abreuvé de films hong-kongais et nippons dans le genre, ne se cherche pas une idole locale. Dépité, Oh a donc remis le couvert pour les romances avec une de ses collègues également sur le retour : l'actrice Yoon Jin-seo. Ce sera « Coffee Mate » de Yi Hyun-ha qui, faute de passer la vitesse supérieur dans l'érotisme chic, est passé presque inaperçu. C'est donc avec plaisir qu'on assiste au retour, en 2020 de Oh à ses véritables amours que sont les arts-martiaux dans le film « The Therapist : Fist of Tae-baek » : tout un programme !

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >