Aller au menu Aller à la page

Séoul présente son plan stratégique de « neutralité carbone 2050 »

#Gros plan sur l'actualité l 2020-12-12

Journal

ⓒYONHAP News

Le gouvernement a dévoilé, lundi, sa « stratégie de réalisation de la neutralité carbone 2050 ». Il précise sa feuille de route autour de trois axes : la décarbonisation de l’économie, la création d’un écosystème industriel à faible émission de carbone, et la conversion équitable vers une société à carbone zéro. S’y ajoute une autre direction : le renforcement du système fondamental pour la neutralité carbone. Ainsi, le plan directeur est composé de stratégies dites « 3 + 1 ».


Le premier volet a pour objectif de rendre l’économie moins dépendante au carbone. A cette fin, il s’agit d’accélérer la transition énergétique, de faire évoluer la structure industrielle à haute empreinte carbone, de passer à la mobilité du futur et de transformer les villes et tout le territoire en espace à faible émission de CO2. Par exemple, le gouvernement envisage de faire augmenter plus rapidement la part des voitures écologiques, de rénover les bâtiments, les centrales et les transports de manière à réduire leurs émissions. Le second porte sur l’écosystème industriel. Il s’agit notamment de s’assurer les technologies-clés liées aux batteries de nouvelle génération afin de gagner en compétitivité dans les secteurs à faible émission de carbone qui auront un grand enjeu mondial. Enfin, pour la conversion équitable vers une société à carbone zéro, le plan vise à protéger les industries et les travailleurs qui risquent d’être aliénés par cette transition, de placer les collectivités locales au cœur de la neutralité carbone, et de sensibiliser davantage la population à cette cause. Le dernier volet se penche sur les dommages collatéraux. Par exemple, la généralisation des véhicules écologiques devrait entraîner le déclin des fabricants de composants pour voitures à moteur thermique : quelque 2 800 entreprises et 250 000 travailleurs. Pour y faire face, le programme prévoit d’inciter les industriels à revoir leurs activités en leur apportant un soutien nécessaire en matière de recherche et développement, de fusion ou acquisition, et de financement, et à proposer aux personnels une formation en vue de leur reconversion professionnelle.


La neutralité carbone 2050 n’est plus un choix mais une nécessité. Elle ne concerne pas un avenir lointain mais une grande évolution irréversible. Il faudra savoir prendre de l’avance pour ne pas perdre en compétitivité au niveau mondial. Le président Moon Jae-in a proclamé sa « déclaration de neutralité carbone » lors de son discours à l’Assemblée nationale le 28 octobre et lors du G20 en visioconférence le 22 novembre. Actuellement, les pays avancés tels que les Etats-Unis, le Japon, le Royaume-Uni et l’Allemagne, entre autres, se sont engagés dans l’initiative de réduire leurs émissions. En 2018, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), organisation onusienne, a déjà proposé la neutralité carbone. Par conséquent, les participants à l’Accord de Paris sur le climat, y compris la Corée du Sud, doivent proposer leur vision et plan d’action en la matière.


La nouvelle initiative risque de se heurter à une résistance. Notamment, le monde industriel se dit favorable aux grandes lignes mais demandent au gouvernement de temporiser. Par ailleurs, certains estiment que le plan se contente d’énumérer des stratégies de principe sans avancer les projets d’action concrets. L’exécutif devrait donc peaufiner davantage sa feuille de route.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >