Aller au menu Aller à la page

Coupang se prépare à faire son entrée en Bourse à Wall Street

#Gros plan sur l'actualité l 2021-02-20

Journal

ⓒYONHAP News

Le géant sud-coréen du commerce en ligne Coupang n’a pas choisi la Bourse de Séoul, mais celle de New York pour coter ses actions. Son initiative interroge le milieu politique en Corée du Sud. Le ministre des Finances Hong Nam-ki, qui est également vice-Premier ministre à l’économie, s’en est félicité en qualifiant ce choix de « bel exploit réalisé par une licorne sud-coréenne ». Pour rappel, le terme « licorne » est employé pour désigner une startup à haut potentiel et ultra-valorisée, à savoir une jeune pousse de moins de 10 ans et valorisée à plus d’un milliard de dollars.


Coupang a déposé, le 12 février, à la SEC, l’organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers, une déclaration en vue de son introduction à la Bourse de New York (NYSE). Selon lui, son document a été enregistré sur formulaire dit « S-1 » pour l’inscription des actions ordinaires de catégorie A. L’entreprise du pays du Matin clair n’a pas précisé le nombre d’actions ni la fourchette de prix indicative. Elle devrait être listée sous le code « CPNG ». Conformément à la procédure d’introduction en bourse (IPO) aux Etats-Unis, Coupang devrait effectuer une tournée de présentation, dite « road show », avant de lancer la souscription. Sauf imprévu, il devrait faire ses débuts à Wall Street dans le courant de mars. L’agence de presse Bloomberg a estimé sa valeur à 30 milliards de dollars, tandis que le Wall Street Journal a misé sur 50 milliards de dollars. Certains observateurs n’hésitent pas à livrer une valorisation supérieure à ces sommes.


Mais pourquoi New York et pas Séoul ? Certains attribuent cela au dispositif dit « dual class ». Alors que la règle « un vote pour une action » est de mise en Corée du Sud, les actions à droit de vote multiple sont monnaie courante aux Etats-Unis. Le gendarme boursier américain autorise la création d’actions de catégorie B accordant « 29 votes pour une action ». Il suffit de posséder seulement 2 % des actions de ce type, ce qui octroie 58 % en termes de votes, pour mener efficacement une stratégie de défense anti-OPA. S’y ajoutent d’autres hypothèses. C’est CoupangINC, la maison-mère américaine de Coupang, qui va coter ses actions en Bourse. Rien de plus normal que de le faire à Wall Street. En plus, son opération a pour but de lever des fonds. Il est donc plus intéressant de s’introduire en Bourse là où l’entreprise sera la mieux valorisée. Coupang a certes su innover en proposant une « livraison fusée », une livraison rapide en moins de 24 heures, ce qui lui a valu le surnom d’« Amazon sud-coréen ». Mais le géant du e-commerce enregistre toujours des pertes considérables alors que Yeouido exige un bénéfice du résultat net d’exploitation pour les nouveaux arrivants.


Si Coupang réussi son pari à Wall Street, cela pourra provoquer un « tremblement de terre » dans les secteurs sud-coréens du e-commerce, de la distribution et de la logistique. A l’occasion de cette initiative, quelques voix se sont levées pour demander de réformer le système juridique relatif à la Bourse de sorte que même les sociétés américaines souhaitent faire leur introduction au pays du Matin clair. D’après le ministre des PME et des Startups Kwon Chil-seung, cette polémique montre bien que l’écosystème sud-coréen des jeunes pousses s’est bien développé entretemps, et le gouvernement envisage d’introduire la modalité la plus optimale pour autoriser la création d’actions à droit de vote privilégié.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >