Aller au menu Aller à la page
Go Top

La vaccination anti-COVID débute pour les sud-Coréens de plus de 75 ans

#Gros plan sur l'actualité l 2021-04-03

Journal

ⓒYONHAP News

La campagne de vaccination contre le COVID-19 s’est étendue, ce mardi 1er avril, à une nouvelle catégorie de la population dans les 46 centres dédiés à cette fin. Il s’agit des citoyens ordinaires âgés de 75 ans ou plus, précisément ceux qui sont nés avant le 31 décembre 1946. Au total, 3 509 000 seniors sont concernés. Selon un sondage effectué auprès de 2 040 000 d’entre eux, 86 % se sont dits prêts à se faire vacciner. Le même jour, l’inoculation du vaccin anti-COVID a commencé pour les pensionnaires, les employés et les utilisateurs des établissements qui hébergent des personnes âgées. Parmi ces 154 000 personnes, 93 % ont répondu « oui » à la vaccination.


Pour rappel, la campagne de vaccination a débuté le 26 février dernier. Au premier stade, elle a été réservée aux bénéficiaires prioritaires tels que les pensionnaires et employés des centres médicalisés de long séjour, les professionnels de santé en première ligne dans la lutte contre le coronavirus, et ceux qui travaillent dans les établissements médicaux à haut risque de contamination. Jusqu’à fin mars, durant 34 jours, 71 % de ces publics prioritaires, à savoir quelque 876 000 personnes, ont reçu une première dose : 815 000 avec le vaccin d’AstraZeneca et 61 000 avec celui de Pfizer. Ce qui porte le taux de vaccination à 1,69 % de la population totale de 52 millions d’habitants. Actuellement, le gouvernement effectue l’injection avec les vaccins faisant partie de la première livraison de chacune des deux marques. Il prévoit un intervalle entre deux injections de dix semaines pour AstraZeneca et de trois semaines pour Pfizer. Pour la seconde dose, la vaccination a démarré le 20 mars. Jusqu’à fin mars, environ 13 000 personnes ont reçu cette piqûre de rappel. Les autorités sanitaires ont enregistré, au total, 10 698 cas suspects d’effets secondaires, soit 1,2 % des vaccinés. Parmi eux, 28 décès ont été signalés mais aucun lien de causalité avec la vaccination n’a été établi jusqu’à présent.


En avril, l’opération vaccinale devrait s’ouvrir aux nouveaux publics. La deuxième semaine, elle concernera les établissements pour handicapés et les centres pénitentiaires. La semaine suivante, les établissements pour tuberculeux, ceux pour lépreux ainsi que les maisons d’accueil pour personnes du 3e âge. Et la quatrième semaine, les centres d’hébergement pour sans domicile fixe (SDF).


Dans ce contexte, l’épidémie de COVID-19 est loin de retomber. Alors que le nombre quotidien de nouveaux cas a oscillé longtemps dans une fourchette de 300 à 400 positifs, sa courbe a commencé à remonter pour dépasser le seuil des 500 contaminés le 31 mars et le 1er avril. De plus, la pandémie n’est plus concentrée dans la région métropolitaine de Séoul. Elle compte plusieurs clusters dans tout le pays. Avec l’arrivée du printemps, les gens sont plus nombreux à sortir et à se déplacer. Le mois d’avril est ponctué de plusieurs grands événements tels que Pâques et les élections locales partielles, qui risquent de déplacer les foules. Autant de situations défavorables à la prévention sanitaire. Ainsi, l’exécutif tâche d’accélérer son opération vaccinale et appelle la population à respecter les gestes barrières dans la vie quotidienne.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >