Aller au menu Aller à la page
Go Top

L’éventuelle grâce présidentielle de Lee Jae-yong

#Gros plan sur l'actualité l 2021-06-05

Journal

ⓒYONHAP News Le dauphin de Samsung bientôt libéré ? Le président de la République a reçu, mercredi à la Cheongwadae pour un déjeuner de travail, les dirigeants des quatre premiers conglomérats du pays, à savoir Samsung, Hyundai, SK et LG. A cette occasion, les convives lui ont suggéré de gracier Lee Jae-yong, le patron de facto du groupe Samsung qui est actuellement derrière les barreaux, dans le cadre du scandale de corruption qui a causé la destitution de l’ancienne présidente Park Geun-hye. En réponse, Moon Jae-in a dit qu’il comprenait bien leur souci et que les citoyens étaient nombreux à partager leur avis. Et d’ajouter que la situation économique est entrée dans une phase mouvementée où les entreprises sont amenées à agir de manière plus audacieuse.


Après cette rencontre, la Maison bleue a tenu à préciser ce que le chef de l’Etat voulait entendre par « partager ». Il ne s’agissait pas de « consentir à la grâce » mais d’« être à l’écoute de tous les citoyens ». Toutefois, on peut déceler un changement d’ambiance. Le président Moon a été récemment sollicité par différents milieux pour accorder le pardon à Lee Jae-yong, cela même lorsqu’il était en visite officielle aux Etats-Unis il y a deux semaines. Il semble s’ouvrir peu à peu à cette éventualité même s’il n’a pas clarifié sa volonté. En début de cette année, il a dit ne pas examiner une telle possibilité. Dans un discours prononcé le 10 mai à l’occasion du 4e anniversaire de son investiture, Moon a fait savoir qu’il prendrait sa décision en tenant compte des opinions de la population.


L’optimisme semble gagner du terrain. En vérité, presque personne ne croit que Lee Jae-yong purgera toute sa peine. Autrement dit, il sera de toute façon gracié tôt ou tard, et il s’agit seulement de savoir quand. Cette possibilité a de fortes chances de devenir une réalité en raison de la conjoncture économique actuelle. Le gouvernement doit soutenir activement les entreprises au moment de la reconfiguration de la chaîne d’approvisionnement mondiale, notamment de celle des semi-conducteurs. Et il est jugé primordial de libérer l’héritier du premier conglomérat du pays, qui constitue l’épine dorsale de ce secteur clé. D’ailleurs, le PDG adjoint de Samsung Electronics, Kim Ki-nam, a souligné, au déjeuner de mercredi, que l’entreprise avait besoin de la présence de son chef pour prendre ses décisions rapidement du fait que les semi-conducteurs nécessitent de gros investissements. Par ailleurs, Washington a pesé aussi dans le changement d’attitude de Moon. Le président américain Joe Biden a invité Samsung Electronics à sa réunion stratégique sur les semi-conducteurs. Et les quatre conglomérats ont épaulé le numéro un sud-coréen pour son sommet avec Biden en annonçant des investissements massifs aux Etats-Unis lorsqu’ils l’ont accompagné à Washington.


L’opinion publique est également favorable à un pardon présidentiel. Selon certains sondages, plus de 60 % des personnes interrogées approuvent la libération de Lee. Donc, les conditions semblent réunies pour le gracier. Le milieu politique mise sur le jour commémoratif de l’indépendance de la Corée, à savoir le 15 août, au plus tôt. 


Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >