Aller au menu Aller à la page
Go Top

Triple faiblesse sur le marché financier sud-coréen

#Gros plan sur l'actualité l 2021-10-09

Journal

ⓒYONHAP News

L’instabilité de la situation économique mondiale se traduit par une « triple faiblesse » sur le marché financier sud-coréen, c’est-à-dire une baisse simultanée des cours boursiers, du won et des obligations d’Etat.


La Bourse de Séoul est en effet sur la pente descendante malgré quelques petites remontées intermittentes. C’est ce que montrent les chiffres enregistrés mercredi. Le Kospi, l’indice de référence, a perdu 1,82 % en un jour pour clôturer la séance à 2 908,31 points, soit le plus bas niveau depuis le début de cette année (à titre comparatif, il s’est établi à 2 873,47 points au 30 décembre 2020). Quant au Kosdaq, l’indice des valeurs technologiques, il a reculé de 3,46 % pour terminer à 922,36 points, soit le plus faible niveau depuis le 26 février dernier (913,94 points). En parallèle, sur le marché des changes, le won sud-coréen s’est affaibli face au billet vert. A la clôture des transactions, le dollar américain valait 1 192,3 wons (+3,6 wons en un jour) pour franchir les 1 900 wons, la première fois depuis le 4 août dernier. Le même jour, les obligations d’Etat à échéance de trois ans et celles avec une maturité de dix ans ont connu une nouvelle dépréciation, leur taux d’intérêt respectif atteignant le plus haut niveau cette année (1,719 % et 2,399 %).


A en croire les experts, une telle triple faiblesse est causée par de « mauvaises nouvelles successives » auxquelles le marché financier mondial aussi bien que national réagissent plus sensiblement qu’aux bonnes nouvelles. La crise du COVID-19 a provoqué une forte perturbation dans la logistique mondiale ainsi que la flambée des cours du pétrole qui ont atteint leur plus haut depuis sept ans tout en faisant monter les prix des matières premières. Ce qui renforce la pression inflationniste. Ainsi, certains craignent déjà la « stagflation », c’est-à-dire la hausse des prix malgré le marasme économique. S’y ajoutent une pénurie d’électricité sans précédent en Chine et en Inde, qui déstabilise les chaînes de valeur mondiales.


Selon les spécialistes, cette triple faiblesse sur le marché sud-coréen signifie la fuite de capitaux étrangers qui redoutent l’inflation mondiale et la hausse plus rapide qu’anticipée des taux d’intérêt américains. La situation est tellement sérieuse que les acteurs économiques tels que les entreprises ne pourraient pas y trouver individuellement une solution efficace. Or, le milieu politique s’est déjà retrouvé dans un tourbillon électoral en amont de la présidentielle de mars 2022. Le gouvernement sud-coréen est donc appelé à réagir en étroite collaboration avec les secteurs industriels.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >