Aller au menu Aller à la page
Go Top

COVID-19 : le passe sanitaire provoque une vive polémique

#Gros plan sur l'actualité l 2022-01-08

Journal

ⓒYONHAP News

La justice sud-coréenne a freiné l’élargissement du passe sanitaire. Le tribunal administratif de Séoul a suspendu, mardi, la mesure du gouvernement consistant à rendre obligatoire ce sésame dans les instituts privés de soutien scolaire, les salles et les cafés d’études. Ainsi, il a donné gain de cause aux associations de parents d’élèves qui avaient déposé une telle requête de suspension contre le ministère de la Santé publique. Cette décision sera maintenue jusqu’à ce que l’affaire soit tranchée par le jugement au fond.


Résultats : les adultes non vaccinés sont libres de fréquenter les établissements concernés, ce sans présenter une attestation de vaccination complète ni un test négatif. Par contre, aucun impact immédiat sur les adolescents. En effet, le passe sanitaire devrait s’appliquer aux jeunes de 12 à 18 ans à partir de mars prochain.


Pour rappel, l’exécutif a introduit, début novembre, le passe sanitaire afin d’empêcher tout relâchement lorsqu’il a lancé la première étape du nouveau dispositif sanitaire dit « With Corona » ou le retour à la vie normale d’avant le COVID-19. Au début, cette certification a été limitée à quelques établissements à haut risque comme les salles de sport et les lieux de vie nocturne. Depuis le 6 décembre, elle a été élargie à la plupart des commerces à haute fréquentation tels que les restaurants, les cafés, les instituts privés périscolaires, les cinémas, les salles et cafés d’études, et les cybercafés, entre autres.


Cette décision de justice pourrait faire tache d’huile sur tous les commerces qui font l’objet de l’application du passe sanitaire. En effet, le tribunal administratif de Séoul a misé sur la limitation des droits fondamentaux sans focaliser le débat sur la tranche d’âge 12-18, et il a remis en cause l’argument même du gouvernement en la matière. Selon les juges, le passe sanitaire porte atteinte au droit à l’éducation, à la liberté de choisir son avenir professionnel ainsi qu’au droit à l’autodétermination des citoyens. La justice a fait remarquer que les non vaccinés ne représentent pas un risque plus important de propager le virus que les habitants ayant un schéma vaccinal complet, et dont la contamination n’est pas rare. Le gouvernement a aussitôt décidé de faire appel à ce jugement. En même temps, il a promis de gérer le système de passeport sanitaire de façon équilibrée pour réduire au maximum le désagrément des citoyens.


Quelques groupes d’intérêts ont déjà déposé une demande de suspension de toute application du passe sanitaire. Les commerçants et micro-entrepreneurs continuent à manifester dans les rues contre ce dispositif. A partir de lundi prochain, ce dernier devrait s’appliquer aux grandes surfaces, supermarchés et grands magasins. Cette situation devrait enfler davantage la polémique et susciter de nouveaux procès en la matière.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >