Aller au menu Aller à la page
Go Top

L’inflation pèse lourd sur les sorties au restaurant

#Gros plan sur l'actualité l 2022-05-07

Journal

ⓒYONHAP News

Les prix ne cessent de flamber en Corée du Sud. Le mois dernier, l’inflation a nettement franchi la barre des 4 % pour frôler les 5 %, soit son plus haut niveau depuis la crise financière de 2008.


L’envolée des prix est sensible notamment dans la restauration. En avril dernier, l’indice des prix à la consommation des repas au restaurant a grimpé de 6,6 % en glissement annuel, et cela pour le deuxième mois consécutif. Il s’agit de son niveau le plus élevé depuis avril 1998 (7 %), donc peu après la crise asiatique. L’addition est plus salée pour les plats préférés des classes populaires. Par exemple, les prix ont grimpé de 12,5 % pour la soupe de bouillon de côtes de bœuf, de 11 % pour le sushi, de 10 % pour le gimbap et de 9 % pour le poulet frit et la pizza.


Selon les données publiées le mardi 3 mai par l’Institut national des statistiques (Kostat), l’indice des prix à la consommation s’est établi à 106,85 points en avril dernier, soit une hausse de 4,8 % en glissement annuel. Il s’était déjà hissé à 4,1 % en mars après avoir affiché une progression de 3 à 3,9 % durant les cinq mois précédents. Le mois dernier, cet indice a été tiré à la hausse notamment par les produits pétroliers, les marchandises industrielles et les services personnels qui sont responsables pour 4,1 des 4,8 %. Les prix ont augmenté presque de 30 % pour l’essence et de plus de 40 % pour le gazole. Par ailleurs, l’inflation est plus importante selon le ressenti des consommateurs. En effet, les prix des produits de première nécessité ont grimpé de 5,7 % le mois dernier, soit le plus haut niveau depuis août 2008 (6,6 %). Les produits d’élevage ont progressé de 7 %, tandis que les factures d’électricité, de gaz et d’eau ont bondi de 6,8 %.


Quant à l’indice d’inflation sous-jacente, il a augmenté de 3,6 %. Cet indice permet de dégager une tendance de fond de l’évolution des prix, et il ne tient pas compte des produits agricoles et pétroliers à prix volatiles. Cela laisse penser que les prix poursuivront une hausse importante pendant un certain temps.


Cette situation est inquiétante d’autant plus qu’elle dépend surtout des facteurs extérieurs que le gouvernement sud-coréen ne peut pas contrôler tout seul, à savoir la guerre en Ukraine, l’envolée des cours du pétrole, des céréales et des matières premières sur le marché international ainsi que la perturbation des chaînes d’approvisionnement mondiales. Pour alléger le fardeau de la population, l’exécutif a déjà accordé une baisse plus importante des taxes sur le carburant et il a prolongé le rabais provisoire de ces dernières. Cette mesure n’a toutefois pas eu d’effet tangible à cause de la hausse trop importante des prix.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >