Aller au menu Aller à la page
Go Top

Coup d’envoi des élections locales et législatives partielles

#Gros plan sur l'actualité l 2022-05-14

Journal

ⓒYONHAP News

La Corée du Sud organisera la huitième édition des élections locales le 1er juin prochain le même jour que les législatives partielles. Ce nouveau rendez-vous électoral se déroulera seulement trois semaines après l’entrée en fonction de l’administration de Yoon Suk-yeol. Il revêt donc un enjeu majeur pour le quinquennat à venir. Et la première étape a été franchie : l’inscription des candidats a eu lieu jeudi et hier.


Aux élections locales, sept scrutins se dérouleront simultanément. L’électeur aura donc sept bulletins à valider dans l’isoloir le jour J dans la plupart des cas, à savoir cinq bulletins à Jeju, l’unique province autonome du pays, et quatre bulletins à Sejong, la seule ville autonome spéciale. Il faudra noter que les collectivités territoriales sont organisées à deux niveaux en Corée du Sud : la ville métropolitaine, la ville spéciale et la province sont divisées en arrondissements, en départements ou en communes. Il s’agit d’élire donc les chefs et les élus à ces deux échelles. Sans oublier ensuite que les conseillers sont élus selon deux modes, à savoir majoritaire et proportionnel. Enfin, s’y ajoute le scrutin pour les recteurs des académies régionales.


La campagne officielle se déroulera du 19 au 31 mai. Et les électeurs pourront voter par anticipation les 27 et 28 mai. Une nouveauté, la limite légale d’éligibilité est abaissée de 25 ans à 18 ans selon l’âge en années révolues. Ainsi, certains lycéens en terminale ont le droit de se porter candidat aux élections locales.


De leur côté, les forces politiques sont reparties pour un nouveau combat. Le Parti du pouvoir du peuple (PPP), qui est maintenant la formation gouvernementale, cherche à conforter une dynamique présidentielle pour diriger le pays avec stabilité. Quant au Minjoo, le premier parti du Parlement, désormais dans l’opposition, il entend prendre sa revanche après la défaite au scrutin du 9 mars pour garder aussi sa supériorité au niveau des collectivités territoriales. Pour rappel, il a emporté 14 des 17 villes métropolitaines, spéciales et provinces aux élections locales de 2018 avant d’en perdre deux, à savoir Séoul et Busan, aux partielles de 2021.


A noter que deux anciens grands candidats à la dernière élection présidentielle se sont lancés pour briguer un mandat de député : chez le Minjoo, Lee Jae-myung, le rival malheureux de Yoon, et du côté du PPP, Ahn Cheol-soo, l’ex-candidat qui s’est retiré in extremis de la course à la tête de l’Etat, au profit du nouveau dirigeant. Les deux grands poids lourds ne se présentent pas dans la même circonscription, mais ils se voient comme capitaine de la campagne de leur parti pour toutes les élections du 1er juin. Leur victoire ou défaite servira de baromètre pour sonder le cœur des sud-Coréens. Donc, ce match est érigé en « deuxième tour » de la dernière présidentielle ou en « avant-première » de la prochaine. La bataille s’annonce féroce dans les deux camps.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >