Aller au menu Aller à la page

« Avec la fille et la mère » d’Im Sun-deuk

#Lettres coréennes l 2019-11-19

Lettres coréennes

ⓒ Getty Images Bank

Extrait de l’émission :


« Je ne vois aucun défaut chez ma fille. Elle fait bien son boulot, elle est parfaite à tout point de vue ! » 

La mère était toujours tellement fière de sa fille et tout à fait progressiste à son sujet, qu’elle pouvait facilement surmonter toutes sortes de coutumes dépassées.

« On m’a dit que, parmi les hommes engagés dans le mouvement révolutionnaire, il y en a quelques-uns qui ne sont pas encore mariés. Y aurait-il quelqu’un qui t’intéresse particulièrement ? » 

Mine de rien, elle tentait de sonder les intentions de sa fille et lui recommandait de se remarier. 


“뭐 내 딸이 어디가 어쨌단 말인가.

일~ 잘 하겠다~ 요즘 세상에 어디가도 안 빠지지~” 

이렇게 어머니는 당신 딸에게 한하여서 자신만만하고

더욱이 지극히 소박한 진보적인 사상을 가져

일체의 인습도 뛰어넘게 되는 것이었다.

“얘야, 더러 혁명운동 한 사람들 중에는 늦게 초혼 자리도 있다더구나.

 혹 마음에 쏠리는 데라도 없니?” 

어머니는 은근히 딸의 의향을 떠보며 재혼을 권하는 것이었다.



La mère pensait que sa fille avait de la chance dans son malheur qu’elle soit sans enfant, mais elle ne pouvait s’empêcher de la plaindre d’être devenue veuve à un si jeune âge. 



« Si je vous ai élevés, toi et ton frère, sans me remarier, c’était pour vivre une vie meilleure, non pas pour donner mon fils célibataire à une fille usée ! » dit la mère.

« Selon vous, rétorqua la fille, je devrais la rejoindre dans la poubelle sale. Je suis aussi usée que Yeon-gyeong, n’est-ce pas ? Ne me demandez plus jamais de me marier à nouveau, alors. » dit Hyeon-sun.

La mère laissa échapper un long soupir. 

« Pauvre folle ! Comptes-tu vieillir et mourir seule ? » murmura-t-elle comme si elle se parlait à elle-même. Elle savait que sa fille pensait vraiment ce qu’elle disait. La vieille dame comprit qu’elle ne devait pas qualifier une personne de neuve ou d’usée. C’était juste une vieille conception, vide de sens, qui restait parmi ses pensées démodées comme une cicatrice de variole. 


“내가 수절하고 너희 오누이 길러낼 땐 버젓한 세상 보고파 그랬지,

 왜 어쩐다고 멀쩡한 자식 헌 짝을 맞춰줄까” 

“어머니 말씀대로 하면 저도 쓰레기통 참례나 해야겠어요.

 연경이처럼 헌 것이긴 매일반 아니예요?” 

 그럴 바에는 다신 절 보고도 재혼하라고 마세요” 

그제야 어머니의 긴 한숨이다.

“미친 것. 그럼 외도토리처럼 혼자 늙어죽을 텐가?” 

거지반 입안에서 하는 소리다.

눈앞의 딸을 보니 진심인즉 헌 것이고 새 것이고 사람 추세할 것이 못되었다.

다만 하나, 마마자국처럼 

어머니의 낡은 생각 가운데

그런 기성관념이 의미없이 남아 있었을 따름이다.



* Interview : Bang Min-ho, professeur de littérature coréenne à l’université nationale de Séoul

Ce récit parle de l’éveil des femmes. Im Sun-deuk déclare que les femmes doivent être libérées, de la même manière que leur pays a été délivré du Japon. Elle demande dans cette histoire si une divorcée ou une veuve peut se remarier, si un célibataire peut épouser une divorcée ou une veuve, si une femme peut accepter une divorcée ou une veuve comme belle-fille, etc. De ce point de vue, le thème de cette nouvelle est l’illumination des femmes.     




Auteur :

Im Sun-deuk est née en 1915 à Gochang dans la province de Jeolla du Nord. Elle est également critique littéraire.  

Contenus recommandés