Aller au menu Aller à la page

Samsung : Lee Kun-hee est décédé

#Gros plan sur l'actualité l 2020-10-31

Journal

ⓒYONHAP News

Une grande étoile s’est éteinte dans le monde sud-coréen des affaires. Le président du groupe Samsung, Lee Kun-hee, est décédé à l’âge de 78 ans, dimanche 25 octobre, dans un grand hôpital à Séoul. C’est l’homme qui a su faire du numéro un national le géant mondial que tout le monde connaît.


Lee s’était éclipsé depuis longtemps de la scène publique en raison de sa santé. En mai 2014, il s’est effondré suite à une crise cardiaque à son domicile. Réanimé, il a récupéré peu à peu, mais est resté sous respiration artificielle et était alité depuis cet accident. Les funérailles se sont déroulées mercredi dans l’intimité familiale.


Né en 1942 à Daegu, dans le sud-est, Lee Kun-hee était le septième des huit enfants et benjamin des trois fils de Lee Byung-cheol, le fondateur de Samsung. Après son lycée à Séoul, il a fait ses études à l’étranger. Il a été diplômé de l’université japonaise Waseda et titulaire d’un MBA à l’université américaine George-Washington. Dans les années 1970, le futur dauphin a sillonné la Silicon Valley en rêvant une percée sud-coréenne dans l’industrie de haute technologie. Au début, Lee Byung-cheol voulait confier son empire à son fils aîné, Lee Maeng-hee, mais il l’a disgracié suite à un fâcheux scandale de contrebande. Désigné comme son successeur, Lee Kun-hee a été promu au poste de vice-président de Samsung C&T en 1978 pour se préparer à sa vocation. Neuf ans plus tard, il a pris officiellement les rênes du groupe, peu après le décès de son père.


Le chairman Lee n’a cessé de pousser son groupe à innover. En 1993, il a proclamé le « Manifeste d’une nouvelle gestion » à Francfort, en Allemagne, où il a réuni ses hauts cadres. Il leur a lancé une parole désormais célèbre : « Changez tout, sauf votre femme et vos enfants ». Il tenait en particulier à la meilleure qualité des produits. Un exemple édifiant. En 1995, informé du problème de qualité de ses téléphones portables, Lee Kun-hee a convoqué des milliers d’employés sur le site de l’usine de Gumi de Samsung Electronics, et il a fait brûler, devant eux, tous les produits défectueux, représentant un montant faramineux. Et ses exigences ont payé. En 2006, Samsung Electronics est devenu le numéro un sur le marché mondial des téléviseurs. Depuis, le géant occupe le trône international dans une vingtaine de domaines, tels que les smartphones ou les mémoires pour semi-conducteurs. Sa capitalisation a été multipliée par 40 entre 1987 et 2012.


Avec la disparition du patron de Samsung, le monde économique sud-coréen tourne une page de son histoire pour annoncer une nouvelle ère avec l’avènement des troisième et quatrième générations dans les conglomérats. Certes, les chaebols ont contribué au développement économique fulgurant de leur nation, mais les anciennes générations ont souvent été impliquées dans des affaires déshonorantes liées au favoritisme gouvernemental, à des collusions politico-financières, à des transactions déloyales, entre autres. Les nouvelles générations devront assurer une gestion plus transparente et innovante pour permettre à leurs entreprises de faire peau neuve.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >