Aller au menu Aller à la page
Go Top

Près de 3 % des élèves sont issus de familles multiculturelles

#Gros plan sur l'actualité l 2021-10-16

Journal

ⓒYONHAP News

Le multiculturalisme gagne du terrain dans la société sud-coréenne. La dénatalité est plus forte que jamais au pays du Matin clair, tandis que la part d’immigrés étrangers ne cesse d’augmenter dans la population. Par conséquent, parmi les enfants scolarisés à l’école primaire, au collège ou au lycée, le nombre de ceux issus de familles multiculturelles a quadruplé en une décennie pour passer de 38 000 à 160 000 entre 2011 et 2021. Or, la proportion de ces élèves a connu une plus forte progression pour atteindre 3 %, contre 0,55 % il y a dix ans. Cela s’explique par la natalité en berne qui a fait chuter le nombre total des enfants inscrits dans les établissements scolaires à 5,33 millions cette année, contre 6,98 millions en 2011. Par ailleurs, les familles multiculturelles présentent une natalité plus importante. En sont issus 5,9 % des bébés nés l’an dernier. Ainsi, la part d’élèves de ces familles devrait dépasser les 6 % dans un avenir proche.


La Corée du Sud s’en sort plutôt bien en ce qui concerne l’éducation des enfants dont au moins un des parents est d’origine étrangère. Chez ces jeunes, le taux d’emploi est passé de 78,7 % à 93,1 % entre 2012 et 2018. Cette amélioration est due en grande partie à diverses mesures de soutien. Par exemple, le ministère de l’Education a mis en place des cours de coréen afin de faciliter l’adaptation des élèves immigrés ou étrangers dans quelque 370 établissements scolaires où le multiculturalisme est important. Pour d’autres établissements, il a fait en sorte que les élèves concernés puissent suivre les cours de langue dans un centre de proximité dédié à cette fin. S’y ajoutent aussi le tutorat par des étudiants et le soutien à la mise en valeur du bilinguisme, entre autres.


Cependant, des problèmes subsistent. Une partie des enfants issus de familles multiculturelles sont discriminés ou bizutés en raison de leur apparence physique et de leurs difficultés à communiquer. Chez cette population, le taux d’abandon scolaire en 2017 était de 1,3 % à l’école primaire, 2,1 % au collège et enfin 2,7 % au lycée, soit 4,5 fois plus élevé que chez les élèves d’autres familles. A en croire les experts, il est temps de déployer des moyens pédagogiques destinés à sensibiliser davantage tous les élèves au multiculturalisme afin de juguler les préjugés ambiants.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >